Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Expresso

Monnaie pleine: l’Anglais vote pour Winkelried

Donc Martin Wolf, chroniqueur réputé du Financial Times, espère que les Suisses vont approuver l’initiative «Vollgeld»: c’est une expérience qui vaut d’être tentée, il faut bien que quelqu’un prenne le risque, écrit-il. On a envie de lui répondre: «Messieurs les Anglais, tirez les premiers!» | Jean-Pierre Ghelfi

Novartis et l’avocat de Trump

Le CEO de Novartis, Vasant Narasimhan, l’a admis. Le mandat de 1,2 million de dollars donné à Michael Cohen, l’avocat personnel de Donald Trump, était une «erreur». Il n’a pas éclairé le géant bâlois sur les intentions de Donald Trump en matière de politique de santé.

Un jour plus tard, la Maison Blanche a confirmé l’interdiction faite à Medicare, la plus grande assurance-maladie des Etats-Unis, de négocier des baisses de prix pour les médicaments avec les entreprises pharmaceutiques. Novartis pourra donc rapidement éponger les frais de ce contrat malvenu. | Jean-Daniel Delley

Antinomies économiques

L’école économique autrichienne est doublement en vue ce dimanche 29 avril. Avec un compte-rendu de la conférence sur cette «économie politique de la liberté» donnée à la Ligue vaudoise. Avec aussi la chronique hebdomadaire de Beat Kappeler, ancien secrétaire central de l’USS, qui célèbre la théorie de l’utilité marginale et l’esprit d’initiative de l’entrepreneur comme seules réponses pertinentes à Karl Marx. D’analyses économiques certes valables, l’auteur du Capital aurait tiré des conclusions qui ont égaré ses partisans. | Yvette Jaggi

Quand le deuxième pilier s’effrite

La société d’assurance Axa renonce à offrir la prévoyance professionnelle complète. Dès 2019, elle ne garantira plus les rentes vieillesse – branche devenue difficile à rentabiliser – mais seulement des prestations en cas de décès ou d’invalidité. Les risques liés au placement des capitaux de la caisse de pension collective seront transférés à des fondations distinctes, selon des modalités qui seront proposées aux 40’000 PME concernées pour la gestion d’un capital-rentes de 31 milliards de francs.

La décision d’Axa, qui n’est pas la première du genre, a été prise en France et rendue publique peu après la suppression du nom de Winterthour dans la raison sociale. | Yvette Jaggi

Confiance ou méfiance, même géométrie variable

Le Conseil national a sérieusement raboté les prestations complémentaires que touchent les invalides et les retraités dont la rente ne suffit pas à garantir le minimum vital. Alors que le Conseil fédéral proposait des économies de 300 millions, la majorité bourgeoise a surenchéri à 740 millions. Par ailleurs, les éventuels fraudeurs seront désormais pistés par des détectives disposant de moyens plus intrusifs encore que ceux de la police.

Pas de moyens supplémentaires par contre pour lutter contre la fraude fiscale. Il faut faire confiance aux contribuables. | Jean-Daniel Delley

Agriculture de montagne: le loup a bon dos

A croire que le Conseil national n’a pas d’affaires plus importantes à traiter. Donc une nouvelle fois il s’attaque au loup qui serait responsable de l’abandon de surfaces pâturables. Par contre il se montre moins soucieux des mêmes surfaces lorsqu’il s’agit d’autoriser les constructions hors des zones à bâtir et les infrastructures qui leur sont liées. | Jean-Daniel Delley

La Suisse, les droits humains et les affaires

Devant le Conseil des droits de l’homme, Ignazio Cassis a justifié sans détours l’intérêt de la Suisse au respect des droits humains: ces derniers participent de l’Etat de droit, lequel est favorable aux affaires, donc à la prospérité et à la paix.

Cette approche pragmatique et utilitariste, bien helvétique en somme, n’a pas guidé le Conseil fédéral dans son appréciation de l’initiative Entreprises responsables. A rejeter car elle va trop loin. Ici l’intérêt des multinationales a primé celui de la Suisse.

Critère écologique et protectionnisme

Les paysans suisses ne veulent pas d’huile de palme dans le fourrage concentré destiné aux animaux. Cette culture ne correspond pas aux standards écologiques et sociaux qu’ils prônent. L’huile de colza indigène ferait aussi bien l’affaire. C’est pourquoi ils s’opposent au traité de libre-échange que la Suisse négocie avec la Malaisie.

Par contre les éleveurs helvétiques importent près de 300’000 tonnes de tourteaux de soja, dont 40% pour nourrir les bovins. Or les herbages du pays – actuellement 70% de leur ration alimentaire – suffiraient à rassasier ce cheptel. | Jean-Daniel Delley

C’est banaliser l’injure qui sape la démocratie

L’administration, le Conseil fédéral, le Parlement et le Tribunal fédéral ne sont qu’un «syndicat d’escrocs sapant la démocratie». Dixit Christoph Blocher lors de la kermesse annuelle de l’UDC zurichoise, en présence de son invité, le conseiller fédéral Ignazio Cassis.

A l’époque, Moritz Leuenberger, Ruth Dreifuss et Pascal Couchepin avaient décliné l’invitation. Jusqu’à quand leurs collègues accepteront-ils de se prêter à ce jeu où ils figurent comme cibles d’une noce à Thomas? | Jean-Daniel Delley (24.01.2018)

Protection de la sphère privée à géométrie variable

Sous couvert de la protection de la sphère privée, le Parlement a refusé aux fiscs cantonaux le droit de regard sur les avoirs bancaires des contribuables helvétiques. Un droit pourtant conféré aux autorités étrangères dans le cadre de l’échange automatique d’informations.

Les bénéficiaires de prestations sociales n’ont pas droit aux mêmes égards. A l’avenir les assurances pourront les espionner, y compris dans des lieux privés. | Jean-Daniel Delley

Les signatures n’ont pas d’odeur

Le référendum contre la loi sur les jeux d’argent va aboutir. Les jeunes UDC, PLR et Verts libéraux ont pu rémunérer la récolte des signatures grâce à l’appui financier de fournisseurs étrangers de jeux en ligne, ces fournisseurs dont la loi veut précisément interdire les prestations en bloquant leurs sites Internet.

Cet appui extérieur ne semble pas gêner les jeunes UDC, pourtant très à cheval sur la défense de la souveraineté nationale et pourfendeurs de «l’immixtion européenne» dans nos affaires. | Jean-Daniel Delley

Le jeu perdant de la concurrence fiscale

Pascal Broulis et Pierre Maudet s’inquiètent de la réforme fiscale de Donald Trump. Des places de travail dans le bassin lémanique vont sans doute migrer aux Etats-Unis.

A-t-on comptabilisé le nombre d’emplois soustraits à d’autres pays par notre fiscalité attractive? A jouer sans retenue la concurrence fiscale, la Suisse ne doit pas s’étonner que d’autres pays s’y mettent également. Et que tous finissent par perdre. | Jean-Daniel Delley

Du bois dont on fait les principes

Contrairement à l’Union européenne, la Suisse n’interdit pas l’importation de bois exotique abattu illégalement. Ce laxisme freine les exportations helvétiques vers l’Europe, qui exige des industriels de la branche un certificat de conformité.

Deux parlementaires UDC, l’une présidente de l’association faîtière de l’industrie du bois, l’autre patron d’une fabrique de meubles, demandent que la Suisse adopte la même réglementation que celle de l’UE. Quand des intérêts substantiels sont en jeu, l’UDC sait mettre en veilleuse son souverainisme… | Jean-Daniel Delley

UBS: impayable (au propre et au figuré)

Le patron d’UBS déplore l’hyperrégulation du système bancaire qui pourrait s’avérer létale. Fabuleux! UBS a dû être secourue en 2008 à hauteur de 6 milliards par la caisse fédérale et de 60 milliards par la BNS pour éviter son naufrage (DP 2015). L’ampleur de ses activités spéculatives dépassait l’imagination. Voilà pourquoi la réglementation a été renforcée. Les grandes banques s’en sont accommodées. UBS doit considérer que son sauvetage est maintenant oublié. Et pour que le message soit bien compris, elle se fait menaçante. | Jean-Pierre Ghelfi

Ami et ennemi

Quelques dizaines de milliers de voix dans trois Etats ont manqué à Hillary Clinton pour éviter l’élection de Trump. Autant de personnes qui ont renoncé à soutenir une amie imparfaite et permis ainsi la nomination d’un ennemi mortel (Salman Ruhsdie).

Celles et ceux qui s’opposent à PV 2020 parce que l’âge de retraite des femmes est porté à 65 ans prennent le même risque. Suivra la retraite à 67 ans, et sans compensation. La politique du pire fait toujours le jeu de l’ennemi mortel, en Suisse comme aux Etats-Unis. | Jean-Pierre Ghelfi

Les galetas urbains déménagent à la campagne

De nombreux dépôts de stockage sont construits le long des axes routiers, comme par exemple entre Vevey et Berne. Généralement situés en zone artisanale de communes rurales, ils consomment beaucoup de terrain et ne créent aucun emploi. Ces dépôts répondent à la demande de citadins vivant dans des appartements limités en surface et privés de cave et de grenier. Mais ils contribuent au mitage du territoire et à l’augmentation des déplacements motorisés. | Michel Rey

6’500 numéros d’appels en série

Le 19 juin 2015, Géraldine Savary (PS/VD) interpellait le Conseil fédéral à propos de l’attribution par l’Ofcom de paquets de 10’000 numéros de téléphone à des sociétés qui les revendent à des «centres d’appels». Six mois plus tard, Doris Leuthard promettait d’y mettre bon ordre. A ce jour, le site local.ch recense pas moins de 6’477 numéros avec indicatif suisse correspondant à l’appelant call center, aux coups de téléphone promotionnels aussi insistants qu’inutiles. | Yvette Jaggi

Les mots pour le dire

Le langage est traître: en général, le terme «réchauffement» est plutôt positif, mais lorsqu’on l’utilise en relation avec le climat il fausse le message. Parler de «détérioration du climat» aurait pu conduire Trump à réfléchir autrement: en effet, qu’il fasse plus chaud dans sa résidence de Mar-a-Lago, c’est une chose – mais que les ouragans s’y déchaînent parce que le climat se détraque complètement, c’en est une autre. | Danielle Axelroud Buchmann

Le franc suisse autour du monde

Un globe terrestre figure sur les nouveaux billets de 20 francs. Avec une vue de l’Europe comme il se doit? Pas du tout: l’Amérique du Nord et les USA en majesté. La Banque nationale veut-elle ainsi montrer son allégeance à Washington? Sa détestation de l’euro? Pour le futur billet de 10 francs, on pourrait rétablir l’équilibre avec la Chine. | Jacques Guyaz

PV 2020: votation générale ou régime d’assemblée

Résultat sans appel de la votation générale des membres du PS suisse: 90,6% de oui à Prévoyance vieillesse 2020 en vue de la votation populaire du 24 septembre. Le oui triomphe dans tous les cantons. A Genève, c’est à 66,7%. Le parti cantonal, qui combat le projet et soutient le référendum lancé par l’extrême gauche, va-t-il se ranger à l’avis des membres? | François Brutsch

La droite vaudoise vue de Neuchâtel…

… telle qu’elle se présente sur le site du New York Times! Petit problème de ciblage publicitaire, mais bel effort. | Jean-Pierre Ghelfi

L’UDC en panne d’imagination

En plagiant la campagne contre la réforme de l’imposition des entreprises (RIE III), l’UDC croit pouvoir faire un sort à la Stratégie énergétique 2050. Mais elle s’empêtre dans les chiffres. Si RIE III privait les caisses publiques de plusieurs milliards, ce qui ne gênait pas l’UDC, le tournant énergétique, pour quelques dizaines de francs par ménage, nous fera économiser la facture des énergies fossiles. L’UDC a besoin d’un sérieux cours de recyclage en arithmétique. | Jean-Daniel Delley

Les managers sur le divan

L’initiative Minder n’a pas réussi à réfréner les appétits apparemment illimités des dirigeants de grandes entreprises helvétiques. Leur salaires continuent de progresser, y compris lorsque les affaires ne brillent guère. Ce n’est pas tant l’argent qui les intéressent, disent-ils, que le besoin d’être rémunérés au même niveau que leurs collègues. Le chroniqueur de la NZZ a trouvé la solution: envoyer ces managers chez le psychiatre. | Jean-Daniel Delley

Ode à Freysinger

Dans son éditorial de jeudi, Roger Köppel, conseiller national (UDC/ZH) et rédacteur en chef de l’hebdomadaire Weltwoche, entonnait une Ode à Freysinger, hommage anticipé à un mort politique. Dans la même édition, un long article encensait celui qui avait accompli l’exploit de briser la domination du PDC valaisan, maître historique du pays aux 13 étoiles. Une fois le «loup solitaire» abattu, on en revient à la tradition: la distribution du pouvoir entre les langues, les familles et les clans. | Yvette Jaggi

Ciment éthique

LafargeHolcim entend participer à la construction du mur anti-clandestins que le président Trump veut ériger à la frontière entre les USA et le Mexique. Lafarge a pourtant longtemps été l’un des groupes français les plus épris de morale; c’était avant son rachat par le suisse Holcim en 2015, selon Le Monde. Autant dire que les versements de Lafarge aux djidahistes de l’EI en 2013-14 afin de pouvoir continuer à travailler en Syrie étaient parfaitement éthiques. | Yvette Jaggi

Chaises énergétiques

Albert Rösti préside l’UDC, et aussi l’Association suisse pour l’aménagement des eaux (ASAE), l’Action pour une politique énergétique raisonnable (AVES), un lobby pronucléaire, et Swissoil, la faîtière des négociants en combustibles. L’UDC a lancé le référendum contre la Stratégie énergétique 2050 soutenue sans restriction par l’ASAE, mais combattue par l’AVES et par Swissoil. Malgré ce cumul de fauteuils, Albert Rösti risque de se retrouver le cul entre deux chaises. | Jean-Daniel Delley

Client choyé à la BCV

Le directeur de la Banque cantonale vaudoise explique qu’il ne peut décemment pas facturer des intérêts négatifs à ses clients. A quelques exceptions près: les clients institutionnels (un autre nom pour les caisses de pension) et une poignée d’autres. Parmi eux l’Etat de Vaud. Les caisses de pension, c’est facile, c’est l’argent des autres. Mais M. Broulis sait-il qu’il a droit à un traitement défavorable? | Danielle Axelroud Buchmann

Après Trump et Fillon, Barthassat

Le chef du département genevois des transports a-t-il demandé une avance sur traitement? Le magistrat ne répond pas à la Tribune de Genève (il préfère choisir ses journalistes), en appelle à Facebook et provoque un torrent de commentaires hostiles… à la presse. On n’est pas plus avancé sur le fond, et politiciens comme médias voire citoyens n’en ressortent pas grandis. | François Brutsch

Les intérêts bien compris des milieux immobiliers

En Suisse, les loyers sont jusqu’à 40% trop élevés. Dixit l’Asloca – et la banque Raiffeisen. 24 Heures interpelle les milieux immobiliers, qui  n’ont pas jugé utile de prendre position. Ils étaient plus bavards pour combattre la loi vaudoise sur le logement (acceptée à 55% par le peuple), inondant la presse de pavés publicitaires pour s’opposer à un projet soit-disant nuisible au marché immobilier. Les pratiques abusives, on préfère les ignorer. | Michel Rey

Incohérence populiste

En novembre dernier, le Parlement a réduit de 50 millions les dépenses de personnel pour 2017. A la tête des manieurs de ciseaux, la députation UDC. Les premières victimes de ces coupes? Les départements de la défense et des finances (gardes-frontières) dont cette même députation ne cesse de revendiquer l’accroissement des moyens pour répondre à ses angoisse sécuritaires. Résultat: l’armée ne pourra épuiser son nouveau et coquet budget, faute de personnel. | Jean-Daniel Delley

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP