Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Pierre Graber

A la suite d’un article sur l’origine de la famille Graber (DP n° 1568), voici un
extrait des Mémoires Ernest-Paul Graber, 1875-1956, rédigées par Pierre Graber.

Les
Graber descendent d’une famille argovienne venue s’établir dans la
campagne bâloise au XVIème siècle. Jean Jacob était le fils de Anna
Graber, sixième des onze enfants de Mathias Graber. J’ignore si mon
grand-père a connu son père. A s’en tenir à l’affiliation paternelle,
je ne sais donc pas de qui je descends. S’agit-il d’un commerçant
alsacien, d’un violoniste italien, d’un palefrenier polonais ou d’un
banquier bâlois ? Allez savoir !
Jean Jakob Graber, le père de
Ernest-Paul Graber, est né à Langenbruck (Bâle-Campagne) le 20 février
1827 au lieu dit Ilisgraben. Il a épousé en 1865 Elisabeth Gammenthaler
née en 1842 et originaire de Sumiswald (Berne). Ayant émigré au début
de la seconde moitié du XIXème siècle à Travers (Neuchâtel), où Jean
Jacob et Elisabeth finirent leurs jours, lui en 1905, elle en 1910.
A
Langenbruck, Jean Jacob apprend le métier de poêlier, appelé aussi
terrinier. Sa passion de la glaise l’amena à tourner des pots, dont les
formes dénotaient son sens artistique. Le travail se raréfiant dans la
région, le jeune ouvrier se mit à voyager. Il s’arrêta au Val de
Travers, s’y fit aussitôt des amis dont la plupart étaient, comme lui,
alémaniques et grutléens. Adolescent, il jouait de la clarinette, de la
guitare et s’adonnait au chant. Il était aussi bon tireur. A Travers,
il dirigea la chorale du «Grutli», dont le lieu de réunion était le
café «Chez Fritz Gerber» où se retrouvaient les Suisses allemands .
S’il
est vrai que l’horlogerie avait attiré au village une petite colonie
«allemande», elle lui valut aussi un autre apport significatif. Pour
les besoins de la fabrique d’ébauches, rachetée par l’industriel
chaux-de-fonnier Ducommun, propriétaire aussi de la seule villa
somptueuse de Travers, on dut faire venir de la Vallée de Joux un
certain nombre d’ouvriers spécialisés. C’est ainsi que firent souche,
au village, des Lecoultre, des Audemars, des Golay et des Py notamment.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/999 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/999

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP