Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Les bas revenus votent UDC

Les élections fédérales de 2003 ont montré la forte
progression de l’UDC au détriment des partis du centre. Les formations
de gauche ont consolidé leurs positions. Dans une étude
qu’il vient de publier, l’Office fédéral de la statistique complète
cette constatation bien connue par des données chiffrées sur l’origine
culturelle et professionnelle de la clientèle des partis.

L’UDC, premier parti de Suisse, a trois points forts. Elle reste le parti de 71% des paysans. Elle séduit  également  35% des ouvriers non qualifiés,  31% des ouvriers qualifiés et  32% des indépendants. D’une manière générale, le parti blochérien attire les personnes d’instruction élémentaire, de moindre formation professionnelle et de faible revenu.

Le numéro deux, le PS est l’exact contraire. Il recrute 38% des professions socioculturelles : dans l’enseignement, le social et la santé. Cet électorat bien formé est nettement mieux payé que celui de l’UDC. Les ouvriers non qualifiés ne sont plus que 23% à voter à gauche. A remarquer aussi, ce qui peut surprendre, que 23% des managers (cadres supérieurs) choisissent le PS.

Le profil des électeurs Verts ressemble à celui des socialistes : forte surreprésentation des socioculturels, une bonne présence des managers, mais une quasi absence des ouvriers non qualifiés.

Des élections fédérales de 1999 à celles de 2003, 14% des électeurs radicaux ont passé à l’UDC. L’ancien vieux grand parti reste cependant le favori de 25% des managers. Il est encore bien vu des indépendants et des spécialistes techniques, mais est largement devancé dans cet électorat par son concurrent de la droite nationaliste.

Les électeurs du PDC ressemblent à ceux du parti radical. Principale différence : les ouvriers non qualifiés y sont sensiblement mieux représentés. Compte tenu de leur force électorale, les démocrates chrétiens fidélisent mieux les «prolétaires» que le PS.

L’étude de l’Office fédéral de la statistique constate encore que les électeurs les moins instruits, les moins qualifiés  et donc les moins riches s’abstiennent plus massivement que les plus privilégiés. Une meilleure mobilisation de l’électorat devrait donc favoriser le parti nationaliste. L’UDC le sait et agit en conséquence.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/9476 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/9476

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP