Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Edito : Sur-prix et sous-financement

La
Suisse, îlot de vie chère, ce n’est pas qu’une formule. Rudolf Strahm,
dans son rôle de Monsieur Prix, peut affirmer sans être démenti que le
surcoût que paie le consommateur suisse pour des produits
internationaux, c’est-à-dire identiques, TVA non comprise, se chiffre à
plus de 20 milliards. Et d’énumérer la longue liste des obstacles à
l’alignement des prix suisses sur celui de nos voisins : les ententes
verticales, l’étiquetage, le champ de protection des brevets, les
médicaments… Même l’agriculture, facteur important de surcoût, paie
pour ses propres achats un supplément d’un milliard.

Autre évidence : le sous-financement de nos assurances sociales. L’AI,
on ne le sait que trop, en déficit d’un milliard annuel. L’AVS est
confrontée, à terme 2015, puis 2025, aux besoins incontournables
qu’impose la démographie. L’assurance chômage, quand bien même nous
connaissons des années de bonne santé économique, n’est pas équilibrée.
Enfin la LAMal, avec ses cotisations par tête, est particulièrement
inique pour les familles.

Dans Domaine Public, avec insistance, nous avons développé ces deux
thèmes, le surcoût et le sous-financement. Il faut mettre en regard ces
deux données.

Le financement des assurances sociales passera inéluctablement par une
augmentation de la TVA, qui se répercutera sur l’indice des prix. Cette
modeste inflation peut être compensée par l’adaptation des revenus ou
des salaires. Mais elle peut aussi être combattue simultanément par une
ouverture à la concurrence des secteurs protégés et cartellisés, soit
que les prix baissent, soit que l’augmentation de la TVA ne soit pas
pleinement répercutée sur le prix final.

Ce qu’on peut et doit demander aux politiques, c’est de coordonner les
deux démarches : le financement de la politique sociale qui chargera
les prix et l’élimination des surcoûts qui les délestera.

Mettre en rapport et rendre politiquement lisible la double action,
sociale et économique, sera le défi de nos
gouvernants.   

ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/9305 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/9305

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP