Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Presse romande : Dialogue social à l’agonie

Les
journalistes de Suisse romande rejettent à 3 contre 1 une convention
collective régressive qui péjore leurs salaires. Le dialogue social est
moribond dans le monde de la presse. Il est d’ailleurs déjà mort en
Suisse alémanique et au Tessin.

Les journalistes de Suisse alémanique et du Tessin ont perdu le combat.
Les éditeurs ont dénoncé la convention collective et refusent le
dialogue. Ils fixent désormais librement les conditions de travail de
leurs collaborateurs. Sans convention, les journalistes sont libres de
faire la grève. Mais ils ne la font pas. Un scénario analogue va
probablement se dérouler dans la presse de Suisse romande régie par une
convention collective séparée. Les éditeurs francophones ont, à leur
tour, dénoncé ladite convention. Ils accepteraient de signer un nouveau
texte à condition que les journalistes consentent à d’importants
sacrifices salariaux. Consultés par leur syndicat
impressum, les journalistes romands ont massivement refusé ce
sacrifice. Cette négociation régressive n’est pas la première. En 1994,
au plus fort de la crise économique, les journalistes avaient consenti
à une première modification à la baisse de la grille des salaires (cf.
ci-dessous).

Après le vote massivement négatif des journalistes, les éditeurs ont
fait une ultime concession. La grille des salaires serait retouchée et
la perte cumulée sur 15 ans réduite à 26 000 au lieu de 36 000 francs.
Il appartiendra à une assemblée des délégués du syndicat impressum de
se prononcer définitivement. Le dialogue n’est donc pas définitivement
rompu. Mais le climat est délétère. Dans la foulée, les éditeurs
refusent désormais aux représentants du syndicat le droit participer à
des négociations au sein des entreprises de presse. Au début de cette
année, les mêmes éditeurs ont distribué des cartes de presse, alors que
l’octroi de la carte professionnelle est une prérogative essentielle
des organisations de journalistes.

Le climat est mauvais, mais la guerre n’aura probablement pas lieu. La
convention collective sera vraisemblablement refusée pas les
journalistes romands. Ils retrouveront le droit de grève. Mais, forts
de l’expérience alémanique, les éditeurs savent qu’ils peuvent
maîtriser la situation. Les journalistes craignent pour leur emploi.
Ils sont individualistes. La perte d’influence de leurs syndicats et la
fin du dialogue social ne leur paraît pas une catastrophe. Une baisse
immédiate de la fiche de paie aurait pu allumer le feu de la révolte.
Les éditeurs n’ont pas fait cette erreur. Leur liberté retrouvée, ils
ne trancheront pas sauvagement dans les salaires. Ils se contenteront
de les distribuer à la carte, selon leur bon vouloir. L’exploitation
d’une position dominante a cependant ses limites. Les journalistes ne
sont pas les nouveaux prolétaires et leurs déboires ne susciteront pas
plus de compassion que les préoccupations des anciens pilotes de
Crossair. Mais à égalité de formation et de titres – le plus souvent
universitaires – la profession paie mal. Les talents pourraient bien un
jour la bouder.    

at

Sacrifices salariaux

L’indexation des salaires est supprimée. A cette exigence fondamentale
qui n’était pas négociable, les éditeurs ont écrit une nouvelle grille
fixant les salaires de la 1ère à la 15e année. Ce remaniement complexe
propose quelques faibles majorations et de gros sacrifices. Exemple
pour un salaire mensuel brut :

1ère année        5 700    +  41

8ème année       6 800    – 412

11ème année     7 300    – 466

Le projet prévoit que les salaires acquis ne seront pas abaissés. C’est
leur évolution avec l’âge qui est en cause. En 15 ans, la perte cumulée
de salaire représente 36 000 francs, somme à laquelle il faut ajouter
la non-indexation.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/9247 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/9247

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP