Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Edito : Le choix de l’ignorance

«Si vous pensez que l’éducation coûte cher, essayez l’ignorance» (Thomas Jefferson)

La Suisse s’est longtemps enorgueillie du taux très élevé de jeunes
détenant un titre du niveau secondaire supérieur. Même en cas de forte
poussée du chômage des jeunes, Berne et les cantons se félicitent du
taux d’élèves – 90% de chaque classe d’âge – qui obtient une maturité,
un diplôme de culture générale ou un certificat de capacité, sésames
vers le marché du travail. Que ce taux ait stagné durant des années ou
que d’autres pays européens l’aient entre-temps dépassé n’a pas plus
inquiété les responsables de l’éducation que les résultats de l’étude
PISA et du recensement fédéral de 1990 démontrant un accroissement des
inégalités sociales face à la formation. Mais désormais, sous la
pression de la politique des caisses vides, il n’est même plus question
d’améliorer ce résultat.

Les mesures d’économies font tomber les tabous les uns après les autres
: la ville de Lucerne vient de limiter l’accès à son école
professionnelle par un numerus clausus. Quarante élèves qui
satisfaisaient pourtant aux conditions d’entrée ont été priés de
changer leurs plans. Il ne s’agit plus cette fois, comme à St-Gall, à
Glaris ou aux Grisons, de fermer temporairement l’accès aux voies
prégymnasiales de l’école obligatoire. Cette exclusion n’était
d’ailleurs pas définitive, car les élèves concernés avaient la
possibilité de choisir une autre voie menant, à d’autres conditions,
aux écoles de maturité. C’est ce qui a d’ailleurs convaincu le Tribunal
fédéral d’autoriser ces restrictions temporaires d’accès. Le cas
lucernois est plus grave, car ni passerelle, ni raccordement ne sont
désormais possibles. Les élèves recalés n’auront qu’à tenter à nouveau
leur chance l’an prochain, s’ajoutant à la volée suivante et provoquant
probablement un durcissement supplémentaire des conditions d’entrée,
voir une reconduction du numerus clausus. Ils pourront aussi se diriger
vers une autre formation, par exemple vers l’apprentissage où ils ne
manqueront pas de prendre la place des élèves scolairement plus
faibles, si tant est qu’il reste encore des places sur ce marché déjà
passablement engorgé.
Les autorités scolaires lucernoises ont donc créé un précédent
dangereux. Si d’autres cantons suivent leur exemple, l’accès à la
formation secondaire supérieure dépendra de la santé des finances
publiques. Les ambitions d’un pays dont l’économie doit plus que jamais
compter sur une main-d’œuvre qualifiée sont donc aussi négligées que
l’égalité des chances face à la formation et au marché du travail.
Lucerne fait ainsi, outre le choix de l’exclusion, celui de
l’ignorance.    
jcs


Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8838 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8838

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP