Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Transports:Perversité de la taxe sur l’essence

Dopé par un système rigide de financement, le réseau routier suisse est le plus cher du monde. Mais n’évite pas les bouchons! L’OCDE propose un remède: les péages urbains.

Les revenus de la taxe sur les carburants, payée par les automobilistes, doivent revenir entièrement aux usagers sous la forme d’une amélioration permanente du réseau routier. Cette règle, en apparence fort simple et équitable, a de redoutables effets pervers. Les sommes disponibles doivent être dépensées, quels que soient les besoins. Conséquence: la Suisse est le pays qui dépense le plus au monde pour ses routes : 1,5 % de son PIB. C’est trois fois plus que l’Autriche, pays de topographie comparable. C’est un échec économique et écologique. L’argent est gaspillé et le paysage excessivement bétonné. Et les automobilistes n’y trouvent même pas leur compte. L’argent est mal distribué. Dans une logique de fausse équité territoriale, des splendides routes n’accueillent que quelques rares véhicules alors que des bouchons tenaces paralysent deux fois par jour l’entrée des villes. Ce grave dysfonctionnement est moins médiatisé que les embouteillages du Gothard et des postes douaniers à chaque départ en vacances. Mais il génère des coûts directs et indirects estimés à trois milliards de francs par an.
Une simple redistribution des taxes en faveur des agglomérations, pour éliminer les points noirs, n’est pas une solution. Ce ne serait que construire de nouvelles infrastructures la plupart du temps inutilisées. Pour l’OCDE, il faut changer le système1 : introduire à l’entrée des villes un péage modulé: lourd aux heures de pointe et nul la nuit.

Ambivalences du péage

Dans l’idéal, le système présente de nombreux avantages: il ventile mieux le trafic; il encourage les automobilistes à abandonner leur véhicule; il génère des revenus qui seront affectés au développement des transports publics.
Mais les obstacles à franchir sont considérables. Il faudrait d’abord modifier notre ordre juridique qui ignore la notion du péage2. Il faudrait ensuite que le montant du péage soit très élevé pour provoquer un véritable changement de comportement des automobilistes. Il faudrait surtout faire accepter le nouveau système par la population.
S’appuyant sur un projet de recherche de l’Union européenne, un bureau zurichois constate que le péage urbain serait juste toléré au nord de l’Europe et dans les villes de Suisse alémanique, mais nettement rejeté dans l’espace méditerranéen et à Genève. La netteté du vote de 1996, qui prévoyait le principe du péage pour la seule traversée de la rade du bout du lac, confirme l’enquête zurichoise.
L’orientation politique la plus probable Ð mais pas forcément la meilleure Ð conduit donc au maintien du système existant et à une simple majoration de cinq centimes de la taxe sur l’essence au profit des agglomérations. at

1 Les recommandations de l’OCDE sont contenues dans la publication Examen territorial de la Suisse, OCDE, Paris 2002a.

2 Voir à ce sujet l’éditorial de DP 1484 du 7 septembre 2001.

Le numéro de mai 2002 de La vie économique, publication du Secrétariat d’Etat à l’économie publie plusieurs articles consacrés à la discussion des problèmes soulevés par l’éventuelle introduction d’un système de péage.

Le « miracle » de Singapour

Singapour, ville-Etat de quatre millions d’habitants occupe une surface qui ne dépasse pas celle du lac Léman. Cette vaste agglomération est parvenue à maîtriser son trafic en introduisant, notamment, un système généralisé de péage urbain. L’électronique élimine tous les obstacles pratiques. Les axes d’entrée sont équipés de portails qui enregistrent chaque passage. Les informations sont transmises à une centrale informatique. Cette gestion centralisée permet d’adapter rapidement les tarifs en fonction de l’évolution du flux de la circulation. L’automobiliste introduit une carte de paiement dans la boîte de lecture installée sur son véhicule. La carte à puce est débitée à chaque portail et peut se recharger dans une station service ou à un bancomat.
Moyen miraculeux de résoudre le casse-tête de la circulation urbaine ? Non. Le péage n’est qu’un élément d’une politique fort autoritaire. Le parc automobile est strictement limité par de lourdes pénalités financières. Une taxe à l’importation porte le prix d’une voiture de catégorie moyenne à quelque 100 000 francs suisses. Mais ce n’est pas tout. Le futur automobiliste doit demander une autorisation d’achat. L’Etat n’en accorde qu’un strict quota et facture son permis entre 20 000 et 75 000 francs pour une période limitée à cinq ou dix ans. at

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8600 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8600

Thématiques

En relation

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP