Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Réforme du FMI: Pas de surprise, la Suisse est libérale

Seattle bis ! La session de printemps du Fonds monétaire international sera assiégée, comme la ministérielle de l’OMC, par une foule hostile à la mondialisation. La réforme qu’entreprend le FMI entend faire confiance à un marché qui serait mieux éclairé par un code de bonne conduite. Pas question, malgré les séismes financiers des cinq dernières années, d’entraver la libre circulation des capitaux. Kaspar Villiger, qui représentera la Suisse à Washington, défend cette voie libérale.

«Le FMI veut construire un monde qui privilégie le libre jeu des forces du marché ? où le secteur privé serait le principal moteur de l’investissement ». Ces propos de Michel Camdessus, directeur général du FMI, donnent clairement l’orientation de la réforme en cours. L’Allemand Horst Köhler qui lui succédera a été choisi par l’Union européenne et les Etats-Unis pour suivre la même politique. La Suisse aura son appui. Les hauts fonctionnaires qui accompagneront Kaspar Villiger à la session de Washington l’ont affirmé sans ambiguïté à Berne devant la presse.
La doctrine fédérale est claire. La libre circulation des capitaux est un acquis favorable à la prospérité générale qu’il ne faut pas abandonner. Les pays doivent adopter une politique financière raisonnable s’ils veulent éviter d’être victimes des mouvements déstabilisateurs des capitaux. Berne ne croit pas à la « taxe Tobin »1 contre la spéculation financière internationale. Une taxation des mouvements erratiques serait difficile à instituer et à contrôler, facile à éluder. De plus son introduction donnerait un faux signal au monde, car « les vrais responsables de la spéculation ne sont pas les détenteurs de capitaux, mais les pays coupables de mauvaise gestion. »

Trop aider nuit

Les graves crises provoquées par le Mexique, la Thaïlande, la Corée ou le Brésil ont montré que le FMI n’a plus les moyens de jouer les pompiers des vastes embrasements financiers internationaux. Les réserves monétaires du Fonds ne suffisent pas pour contrer les énormes mouvements de capitaux privés provoqués par la perte de confiance dans l’économie d’un pays. Une augmentation des interventions du FMI, ou des grands pays à titre individuel, aurait un effet pervers. Rassurés par le soutien public accru, les investisseurs privés auraient tendance à être moins prudents.
Il faut cesser d’accroître le « risque moral », de provoquer les crises en favorisant les placements privés hasardeux. Au contraire, les prêts du FMI doivent devenir moins faciles et les créanciers privés doivent participer plus largement au réaménagement de la dette des pays en difficulté.
La Suisse, en accord avec les autres pays européens, préconise l’introduction de nouvelles règles internationales. Les créanciers privés seraient contraints de participer à une opération de sauvetage dès qu’un pays débiteur aurait épuisé ses crédits au FMI. Moins interventionnistes, les Etats-Unis voudraient, de cas en cas, se contenter de faire pression sur les particuliers pour les convaincre de participer à l’assainissement financier d’un pays en difficulté.

Transparence et bonne gestion

Plutôt que de mobiliser les pompiers publics ou privés, mieux vaut prévenir les incendies. Pour le FMI une meilleure transparence des marchés et une bonne gestion financière des Etats sont le meilleur moyen d’éviter les crises. Si tous les pays adoptent le même modèle de comptabilité nationale2, les créanciers pourront clairement apprécier les risques encourus. Ils s’abstiendront d’octroyer des prêts non remboursables. De leur côté, les pays débiteurs connaîtront le montant des charges supportables. Outre son modèle comptable, le FMI propose un code de bonne gestion financière. Les pays qui l’adoptent inspirent confiance et attirent les investisseurs.
Ce système financier idéal, bien sûr, n’existe pas encore. Les pays émergents ont des statistiques lacunaires, un système bancaire échappant à tout contrôle. Un programme d’assistance, de formation, l’installation de réseaux informatiques sont mis en œuvre en Amérique latine, en Afrique, en Asie et en Europe de l’Est. Le FMI entend aujourd’hui apprendre à gérer plutôt que de prêter aveuglement.

Aide aux pauvres

Les remèdes libéraux conviennent peut-être à l’assainissement des pays émergents, ceux qui ont accueilli des masses de capitaux attirés par les promesses d’un miracle économique. La situation est différente pour les pauvres de la planète qui n’intéressent pas les investisseurs privés. Le FMI a prévu pour eux une nouvelle « facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance ». Des prêts à taux d’intérêt réduits (0,5 %) seront octroyés au pays qui propose un programme établi en collaboration avec la société civile, les ONG et les autorités monétaires internationales. Condition supplémentaire : mettre en place des indicateurs qui permettront de contrôler la « bonne gestion publique » des emprunteurs. Finies donc les aides au développement qui se transforment en canons ou en Mercedes ? C’est en tout cas ce qu’espèrent les décideurs de Washington. at

1Voir DP 1372, « Taxe Tobin, une bonne idée vieille de 30 ans ».
2www.imf.org

DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8527
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8527 - Merci

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne
Les commentaires sont fermés.

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP