Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Aide à la « bonne presse »: Un projet mort-né

Des parlementaires fédéraux s’inquiètent d’une
baisse de la qualité et de la diversité de la presse. Ils proposent une
réforme de la Constitution pour soutenir le journalisme vertueux. Le
projet est soumis à consultation jusqu’à fin septembre. Il rejoindra
probablement, dans les oubliettes, les textes de 1977 et 1983.

Les
quotidiens d’opinion ont disparu de Suisse. Les années 70 ont signé
l’arrêt de mort de la presse socialiste. La disparition ou la
transformation en produit commercial de la presse radicale a suivi. La
sécularisation de la presse démocrate chrétienne, plus tardive, est
aujourd’hui accomplie. La crise économique des années 90 a accéléré
l’adaptation de la presse quotidienne aux contraintes du marché. Les
fusions, totales ou partielles, ont franchi les frontières cantonales.
La concurrence a fait éclore une presse agressive, plus dérangeante que
la défunte presse partisane. Les parlementaires vivent des échos que
les journaux donnent de leurs travaux. Chaque vague de fusion a donc
naturellement entraîné des interventions parlementaires en faveur d’une
aide fédérale à la presse.

Inefficace
La version 1999 de
l’aide à la presse, élaborée par la Commission des institutions
politiques du Conseil national veut tenir compte des enseignements des
projets avortés des deux précédentes décennies. La panoplie de mesures
qu’elle propose (voir ci-dessous) entend éviter les interventions
excessives sur le marché. Pure naïveté ! Pour être efficace,
l’intervention ne peut qu’être massive. Les pertes se chiffrent par
millions pour les journaux qui n’ont pas trouvé ou perdu leur audience.
Aucune des mesures économiques proposées par la commission
parlementaire n’aurait pu sauver les journaux disparus du marché. Les
tarifs postaux préférentiels, seul soutien efficace, existent déjà. Qui
peut croire que la baisse des tarifs d’une ATS subventionnée par Berne
aurait pu maintenir en vie le Journal de Genève et le Nouveau quotidien
! Par ailleurs, les publications qui, comme Domaine Public, contribuent
à la diversité de l’opinion, n’ont rien à gagner d’un tel
subventionnement, qui ne ferait qu’alléger faiblement les coûts de tous
les quotidiens.
La diversité n’existe pas dans la presse dominicale
de la Suisse francophone. Elle ne semble possible, aujourd’hui, que par
la concurrence que Ringier, le géant de la presse alémanique, peut
exercer sur le géant Edipresse.

Brevet de qualité
L’inefficacité
du projet fédéral suffirait à le condamner. Mais les parlementaires le
rendent plus problématique encore dans leur volonté d’encourager la
qualité de la presse. Rude tâche. Qui commence inévitablement par la
définition de la qualité. Le Sonntags Blick, dont les outrances
irritent, mais qui force l’ouverture du débat sur les services secrets
de l’armée, mérite-t-il l’encouragement de la Confédération ? Le
journal régional dont la rédaction squelettique se borne à répercuter
les communiqués et les dépêches d’agence a-t-il une qualité digne de
protection ? L’examen plus détaillé des mesures proposées pour
promouvoir la qualité n’est guère plus encourageant.
Un conseil des
médias, dont la composition resterait à définir, serait chargé
d’observer et d’évaluer les médias. Il n’aurait pas la compétence de
sanctionner des journaux fautifs mais pourrait évaluer leurs
performances et le faire savoir au public.
Parallèlement, un organe
de médiation, de préférence privé, serait chargé de liquider les
litiges entre le journal et ses lecteurs. Il s’agirait ici d’améliorer
le système du droit de réponse déjà inscrit dans le droit fédéral.
La
commission fait dans le paternalisme en proposant l’octroi de prix aux
journalistes méritants. L’ambiguïté de ces brevets de qualité délivrés
par l’État devrait sauter aux yeux de tout politicien clairvoyant.
Dans
l’octroi des tarifs postaux préférentiels, la « dimension démocratique
devrait constituer un critère de premier plan. » Bonne chance à
l’organe chargé de juger de la « dimension démocratique » d’une
publication !
L’encouragement à la formation professionnelle des
journalistes est une mesure incontestablement favorable à la qualité de
la presse. Mais la mise en marche d’une lourde réforme
constitutionnelle n’est nullement nécessaire pour créer, par exemple,
une chaire de journalisme dans les Écoles polytechniques fédérales.
Elle n’est pas plus nécessaire pour demander à la Confédération d’être
ouverte à l’information.
Une variante du projet reprend une
revendication fondamentale des organisations professionnelles de
journalistes : la liberté interne des médias. Les journalistes
jouiraient d’une indépendance relative face aux éditeurs. Cette
proposition, émanant d’une minorité de la commission, n’aurait aucune
chance figurer dans un projet définitif. Pas plus d’ailleurs qu’une
autre « clause d’ouverture » qui contraindrait l’éditeur à publier dans
ses colonnes des opinions ou des informations divergentes pour
préserver la diversité des informations. Les cantons auraient
l’autorisation, avec leurs propres moyens, de prendre des mesures plus
musclées pour assurer la diversité de la presse. En publiant leurs
propres journaux ?
Maigre bilan donc pour un projet bâclé. Qui provoquera, n’en doutons pas, le rejet des éditeurs comme des journalistes.

Les mesures
En ajoutant trois articles à la Constitution fédérale, (92 bis et ter, 147 bis) la commission propose :

  • subventions aux agences de presse, aux banques de données ;
  • abaissement sélectif des tarifs postaux ;
  • encouragement à la formation professionnelle et à la recherche ;
  • création d’un conseil d’observation de la qualité des médias ;
  • création d’un organe de médiation ;
  • encouragement à la qualité des journalistes par l’octroi de prix ;
  • préserver la diversité des informations ;
  • imposer à la Confédération d’informer le public.
Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8509 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8509

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP