Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Réélections: Les conseillers fédéraux, tous prédestinés ?

Pour Jean-Christian Lambelet et Hansueli Bacher, les scores des candidats au Conseil fédéral dépendent de nombreux facteurs objectifs. Ils les décortiquent dans une récente étude.

La réélection des conseillers fédéraux fait certes partie de ces hauts moments de la politique nationale mais qui apporte rarement de notables surprises. Tout le collège est généralement réélu et le score personnel des sept sages reste le seul suspense de l’opération, mesurant ainsi leur cote de popularité.
Faux, affirme une étude de l’Institut de macroéconomie appliquée, à Lausanne, CREA. Jean-Christian Lambelet, qui manifestement diversifie ses activités, et Hansueli Bacher viennent de publier une analyse économétrique qui s’interroge sur la mécanique de la réélection des conseillers fédéraux et se pose ainsi cette question : leurs scores sont-ils une sanction ciblée ou des résultats prédéterminés ? La réélection des membres du gouvernement de la Confédération par l’Assemblée fédérale est une procédure unique au monde, disent les deux chercheurs. Ses particularités, notamment le renouvellement individuel des candidats par ordre d’ancienneté, ont pour effet que les conseillers fédéraux obtiennent des résultats très variables.
L’étude propose une série d’équations très savantes qui réunissent les critères objectifs sur lesquels les candidats n’ont aucune prise et qui n’ont à voir ni avec le bilan de la législature précédente, ni avec leur cote de popularité. Le score décevant du candidat Couchepin aux dernières élections du Conseil fédéral ne serait par exemple pas lié à sa personnalité. Qu’il soit de nature rieuse ou conciliante n’y changerait rien. Une bonne nouvelle pour le Valaisan ?
Première règle établie par le CREA : mieux vaut être élu en premier qu’en dernier. Etre candidat en deuxième position réduit le score attendu de 1,4% par rapport au candidat en première position ; en outre, cet effet est cumulatif : le candidat réélu en troisième position doit s’attendre à un score diminué de 2,8% par rapport à celui en première position, etc.
Deuxième enseignement : Moritz Leuenberger a plus de chances d’obtenir un beau score que Joseph Deiss. En effet, être ressortissant d’un des trois grands cantons (ZH, BE, VD) est un avantage important puisque cela augmente de 4,6% la probabilité d’obtenir un bon résultat. Enfin, mieux vaut venir de Suisse alémanique que du Tessin. Appartenir à une minorité linguistique est un handicap important pour un candidat unique puisque cela diminue son score attendu de 4,7%. De même, l’appartenance au parti socialiste peut susciter les coups de crayon (un facteur de handicap évalué à 4,4 %).
Selon Lambelet et Bacher, les scores des candidats au Conseil fédéral soumis à réélection sont grandement influencés par des facteurs systématiques sur lesquels ils n’ont donc pas prise ; mais, ajoutent-ils quand même, cela ne veut pas dire que les appréciations des membres de l’Assemblée fédérale sur leur personnalité, action et politique ne jouent aucun rôle. Dans le modèle, l’effet de ces appréciations ou sanctions (négatives ou positives) n’est pas pris explicitement en compte.
Ainsi, avec ce nouvel outil, le CREA promet que l’on pourra, « si les dieux le veulent bien », calculer et connaître les scores attendus pour les candidats à réélection pour décembre 2003 dès que la liste sera diffusée. Et les deux économistes d’annoncer que les équations permettent d’imaginer que, «avant très longtemps », on pourrait assister à la première non réélection depuis plus d’un siècle. On est averti. Et pour s’en prémunir, les conclusions du CREA sont claires : mieux vaut être radical, zurichois et en tête de liste. Comme quoi, les conclusions de l’étude sont tout aussi prévisibles que la réélection du Conseil fédéral. gs

Hansueli Bacher et Jean-Christian Lambelet, La réélection des Conseillers fédéraux: Sanctions ciblées ou résultats prédéterminés?, Créa, Université de Lausanne, 2002.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8278 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8278

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP