Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Sciences humaines: Se faire entendre, puis se faire comprendre

Les sciences humaines vivent difficilement les réformes engagées par le secrétariat d’Etat du groupement de la science et de la recherche.

Mises à l’écart des nouveaux pôles de recherche nationaux (PRN), les sciences humaines s’interrogent, bien tardivement, il faut le dire : sont-elles exclues du développement de la recherche en Suisse ? Vision (no 3/2001), le magazine suisse de la science et de l’innovation, a fait paraître un dossier sur le sujet avec entretiens et données statistiques. Roland Ris, professeur de langue et de littérature allemande à l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich et président de l’Académie suisse des sciences humaines, Yvette Jaggi, entre autres présidente du Conseil académique de l’Université de Lausanne et Joseph Jurt, professeur en sciences et littératures romanes à Fribourg-en-Brisgau ne ménagent pas leurs (auto)critiques.
Les PNR sont conçus avant tout pour les sciences expérimentales. Ainsi la mise en réseau, cheval de bataille du secrétariat d’Etat de la science et de la recherche, est un modèle tiré des sciences naturelles et de la médecine. Illusoire, disent les intervenants, de greffer sur les sciences humaines, des méthodes issues d’autres savoirs. Les critères qui déterminent le succès d’un projet sont inadaptés aux sciences humaines. Les requêtes doivent être rédigées en anglais qui est la langue universelle des scientifiques mais un peu moins d’un spécialiste de littérature chinoise ; les travaux consacrés à l’histoire locale ne sont pas retenus, au contraire des projets à fortes données statistiques. Dès lors, observe Roland Ris, on assiste à une
« scientifisation » des sciences humaines : de peur que leurs travaux ne soient pas pris au sérieux, les sciences humaines ne font presque plus que de la recherche empirique. Enfin, pôles de recherche et mise en réseau n’encouragent pas les savoirs individuels, caractéristiques des sciences humaines.
L’assurance de qualité ne suscite pas non plus l’enthousiasme : elle gratifie les projets les plus consensuels et sanctionne les plus créatifs. La science aujourd’hui consiste à proposer des recherches garanties de succès et à construire des hypothèses dont on connaît déjà les réponses. Bref, le milieu scientifique honorerait ainsi celles et ceux qui lui ressemblent, le rassurent et le confortent dans ses académiques certitudes. Jung, Nietzsche ou Schopenhauer auraient-ils passé l’épreuve de l’assurance qualité, s’interroge Roland Ris ?
Dès lors, la définition des pôles de recherche nationaux devrait être revue : inutile, en sciences humaines, de vouloir faire collaborer quinze personnes. Un projet en rassemblant quatre peut déjà être bénéfique pour la recherche suisse. Un institut de recherche en sciences humaines pourrait être créé, qui ne serait pas rattaché à une seule université.
L’encouragement à la relève est lacunaire ; c’est un parcours de (pauvre) combattant que de vivre d’un travail de doctorat, ou pire, d’après doctorat. Et ajoute Joseph Jurt, le népotisme règne encore trop souvent dans les universités. En Allemagne, un chercheur ne peut postuler que dans une autre université que celle où il travaille, ce qui évite privilèges et immobilisme.
Enfin, les sciences humaines doivent accomplir un travail de vulgarisation, de « traduction sociale » dit Yvette Jaggi. Notre société de doutes et d’errance en a bien besoin. gs

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8244 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8244
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP