Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

18 000 personnes, selon la police

Samedi dernier, pendant que la gauche connectée se réunissait à Fribourg pour créer une section nationale d’Attac, 18 000 salariés répondaient à l’appel des centrales syndicales à Berne. La manifestation entamait ainsi la première étape des futures négociations salariales.
Sur les banderoles : l’augmentation des salaires pour les travailleurs du bâtiment, de l’hôtellerie et des arts graphiques et un salaire minimum pour tous. Les syndicats considèrent que la reprise frissonne et que les salariés n’en profitent pas. Ils exigent 200 fr. de plus et refusent le bonus de 40 fr. proposé par les associations patronales en échange d’une plus grande flexibilisation. La manifestation de samedi dernier représente donc le traditionnel tour de piste automnal où les syndicats montrent les dents, comptent leurs troupes, évaluent les motivations, pendant que les patrons campent sur leurs positions. Sous cet angle, l’exercice fut plutôt réussi : au-dessus de 15 000 personnes, le symbole est national.
Mais cette année, la manifestation révélait des changements internes plus profonds. Elle confirmait les grandes lignes esquissées lors du dernier Congrès de l’USS, à Davos : la révélation d’un monde syndical qui gagne en cohésion et en efficacité. La fusion et le rapprochement des fédérations sont réussis ; le journal commun L’événement syndical tient la route ; la fermeté de l’USS sur les mesures d’accompagnement de l’accord bilatéral portera vraisemblablement ses fruits ; et pour la première fois, l’USS revendique une augmentation généralisée des salaires dont la procédure est inscrite dans les conventions collectives de travail. C’est bien l’image d’un syndicalisme organisé, fédéré qui se dessine, bien loin du temps où les diverses organisations se tiraient dans les pattes.
Enfin, l’exigence d’un salaire minimum à 3000 fr. net témoigne d’un processus identique. Les secteurs à fort taux de syndicalisation comme l’horlogerie, l’industrie et le bâtiment ou les arts graphiques n’ont rien à y gagner. Au contraire. Mais en affichant des revendications qui ne les touchent pas directement, ils contribuent à faire pression dans des branches peu ou pas organisées, comme la vente ou l’hôtellerie-restauration, qui seules ne pourraient exercer un rapport de force à leur avantage.
Les banderoles dressées sur la place fédérale samedi dernier témoignent d’un syndicalisme unifié. Il serait temps. Car l’érosion des effectifs syndicaux menace. Fin 98, l’USS comptait 387 249 membres, soit 8180 membres de moins qu’en 1997. GS

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8131 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8131

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP