Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Augmentation du nombre d’indépendants: Le recto-verso de l’auto-travail

Le profil du travailleur indépendant s’est modifié. Sa situation aussi.

En Suisse, plus des trois quarts de la population active occupent une activité salariée. Et pourtant le nombre d’indépendants augmente régulièrement. Une augmentation d’autant plus étonnante que les exploitations agricoles et les petits commerces diminuent. Qui sont-ils donc, ces hommes et ces femmes qui travaillent à leur compte, pour leur compte ? Sont-ils acquis au principe de l’esprit d’entreprise et de la débrouillardise ou est-ce une nouvelle forme de précarisation, parce que le monde salarié les a exclus ?
Les données relatives à l’emploi dans les différents pays de l’OCDE indiquent que la diminution du nombre d’indépendants constatée au début du siècle s’est inversée, depuis les années septante aux États-Unis, dans les années quatre-vingt en Europe. La Suisse a suivi le mouvement avec un peu de retard : le pourcentage d’indépendants est passé de 15,2 % de la population active en 1991 à 18,4 % en 1997 (voir encadré).

Quelques raisons d’être indépendant

Difficile de circonscrire le profil type de l’indépendant. Mais au traditionnel paysan ou patron de PME se sont joints des salariés aux origines variées. Des personnes qui deviennent indépendantes tant par goût que par dépit. Yves Fluckiger, professeur à l’université de Genève évoquent quelques pistes.
D’une part, la rigidité des salaires et l’accroissement de la couverture de l’assurance vieillesse peuvent inciter les personnes actives à se retirer partiellement ou totalement de l’emploi salarié traditionnel pour se mettre à leur compte.
D’autre part, les professions indépendantes se sont développées dans le secteur des services, telles que les banques, les assurances, les affaires immobilières et les services fournis aux entreprises. C’est ici que la progression du travail indépendant a été la plus rapide entre 1983 et 1990. Relevons que la sous-traitance dans le domaine des services se développe de plus en plus et que des professions telles que celles de conseiller fiscal ou financier se prêtent particulièrement bien au travail indépendant, tout comme les activités ayant trait aux télécommunications.
Enfin, il faut considérer que le travail indépendant constitue de plus en plus souvent une voie utilisée par les chômeurs pour pouvoir retrouver un emploi rémunéré. Une étude récente montre que, sur un échantillon de chômeurs arrivés en fin de droit en Suisse, 43,1 % des personnes interrogées sont parvenues à trouver un emploi ou à le conserver au moment de l’enquête. Parmi celles-ci, 15,9 % exercent une activité indépendante. Dans le même temps, cette enquête relève que parmi toutes les personnes à nouveau occupées, près de 64 % ont salaire inférieur à celui qu’elles obtenaient avant leur période de chômage. Et les chômeurs qui, au terme de leur période d’indemnités, se sont lancés dans une activité indépendante, ont subi des réductions de salaire plus importantes encore que celles ayant affecté les personnes qui sont parvenues à retrouver une activité salariée. Le statut d’indépendant représente alors une porte de sortie de plus en plus fréquente du chômage. Le passage du salariat au chômage, puis à l’activité indépendante s’associe à une forme de précarisation en termes notamment de droit aux prestations sociales.

Externalisation du travail

L’augmentation de l’activité indépendante marque le début ou le retour à une externalisation du travail. Dans sa face positive, l’indépendant se libère du travail, il n’est plus inféodé à son outil de production, devient son propre maître. Au verso, l’auto-travail subordonne l’indépendant aux exigences de rentabilité du monde économique. L’entreprise sous-traitante réduit ses risques et ses coûts et les reporte sur les individus. L’augmentation du travail indépendant n’est une chance que pour ceux qui en ont déjà un peu. gs

Les indépendants, en chiffres

Si l’on établit une différence selon le sexe, on observe que durant ces six dernières années, le pourcentage d’indépendants s’est accru de 16 % à 20,1 % chez les hommes, alors qu’il a augmenté de 14 % à 16,2 % chez les femmes. Finalement, au niveau des branches et des professions, on constate que la progression a été la plus forte au sein de la branche « autres services » (+11 points) suivie par « immobilier location et activités informatiques » (+ 5 points) ainsi que parmi les « dirigeants » (+5 points) et les « professions universitaires » (+7 points).
La population des indépendants est donc composée majoritairement d’hommes. En comparaison des salariés, les indépendants sont relativement plus âgés (environ 45 ans de moyenne contre 39 ans pour les personnes salariées). Géographiquement, les cantons ruraux sont caractérisés par des pourcentages plus élevés d’indépendants, ce qui s’explique par l’importance des activités agricoles. Le secteur primaire représente encore près de 20 % de tous les indépendants en Suisse.

Et les femmes ?

Il y a progression des femmes indépendantes, mais cela concerne avant tout celles qui travaillent seules et dont le temps de travail est de moins de vingt heures. En effet, l’effectif des indépendantes travaillant à temps plein est resté stable, tandis que celui des femmes travaillant moins de 20 heures hebdomadaires a augmenté. Par ailleurs les « nouvelles » indépendantes se distinguent par une formation moins poussée que les « anciennes » : 32 % n’ont qu’une formation de niveau primaire (école obligatoire) contre 13 % des indépendantes de 1991. Les branches et professions représentées le plus souvent se trouvent dans le domaine du nettoyage et du service domestique. Les professions indépendantes telles que commerçante, restauratrice, coiffeuse, médecin sont rares parmi les nouvelles indépendantes.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8130 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8130

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP