Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Loi sur les jeux de hasard: Pathologies

Cantons et Confédération attendent avec impatience les fructueuses retombées de la future loi sur les casinos. Mais oublient que le jeu, ça coûte.
La Romande des Jeux SA a mené ce qu’on appelle une enquête de prévalence sur les risques pathologiques du jeu en Suisse. Depuis 1980, le jeu pathologique n’est pas seulement dostoïevskien, mais aussi médical. Une maladie pour laquelle les collectivités paient. Aux USA par exemple, la moyenne du montant des dettes de jeu d’un joueur en traitement variait en 53 000 et 92 000 dollars américains. De plus, les joueurs pathologiques commettent souvent des délits, petits ou gros : chèques sans provision, vols, vente de drogue, etc. L’augmentation du nombre de maisons de jeu aura une conséquence certaine sur l’augmentation du nombre de joueurs pathologiques Ð les études ont montré qu’il existe une relation entre la disponibilité des activités de jeu et le nombre de personnes y prenant part.
Les chercheurs ont donc interrogé 2526 personnes habitant en Suisse, âgées de 18 à 93 ans, dans des régions qui autorisent déjà des kursaals, des machines à sous ou des machines à points (les points gagnés par les consommateurs sont la plupart du temps échangés sous le manteau), dans les établissements publics ou dans des cantons à proximité de casinos situés de l’autre côté de la frontière suisse. L’étude voulait savoir s’il y avait déjà des joueurs pathologiques probables, ceux qui en ont les tics et les habitudes et des joueurs potentiellement pathologiques, ceux qui, avec la multiplication des établissements tentateurs risquaient de perdre pied.
Conclusion, la prévalence des joueurs pathologiques probables augmente régulièrement en fonction du nombre de machines à sous à disposition. Il y a plus de risques à Fribourg et au Tessin que dans l’Ouest lémanique. La recherche démontre que la prévalence des joueurs pathologiques en Suisse est de 0,79 %, mais que 2,18 % de la population interrogée sont des joueurs potentiellement pathologiques. Le résultat indique que le nombre de « joueurs à risque » existant en Suisse est loin d’être négligeable puisqu’il est compris dans une fourchette allant de 151 468 à 235 855 personnes. gs

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8126 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8126

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP