Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Féminisation de la langue française: Quelle grammaire, ma mère !

La question taraude tous ceux, pardon toutes celles et tous ceux qui considèrent que la langue française doit représenter le faible et le fort, le ying et le yang, l’homme et sa côte, la femme et l’ombre de son ombre : comment s’adresser aux hommes et aux femmes simultanément sans tordre notre belle grammaire française ?
Rude question. Expérience faite, l’expression orale s’offre plus facilement à l’innovation. Citoyenne, citoyen, électrice, électeur, travailleuse, travailleur ? la parité commence à peine à entrer dans les mœurs. L’effort est à portée de toute tribune et tribun populaire, même si l’exercice exige une concentration sans faille, au risque de perdre le fil du sujet, en butant sur un genre oublié. Heureusement quelques expressions sont unisexes. Le « camarade » est extrêmement pratique, quoique très connoté, voire totalement inadéquat suivant la nature de l’assemblée. « Chers collègues » et « chers amis » ne prêtent à aucune confusion : à consommer sans modération.
Mais la féminisation de la langue française se corse quand on passe à l’écrit. Comment transcrire l’égalité des sexes dans un article, un programme politique, ou une offre d’emploi ? Exemples en quelques strophes.
¥ Debout les damné¥e¥s de la terre, debout les forçat¥e¥s de la faim. Les petits points, c’est léger, suspendu et discret. D’accord. Mais le féminin, symbolisé par le « e » semble perdu au milieu des voyelles et des consonnes, orphelin du mot qui le relie au sens de la phrase.
¥ Il n’est pas de sauveur-euse suprême, ni dieu-éesse, ni césar-e, ni tribun-e, producteurs-trices, sauvons-nous nous-mêmes.
C’est de loin la pire des solutions. La phrase devient cicatrice pour la femme, hachure pour l’égalité.
¥ Hideux(ses) dans leur apothéose, les rois(eines) de la mine ont-ils(elles) jamais fait autre chose que dévaliser le travail ?
La parenthèse est aujourd’hui abandonnée : les femmes s’y sont senties enfermées, exilées, exclues.
¥ OuvrierEs et paysanNEs, nous sommes le grand parti des travailleurSEs.
Cette version-là tint longtemps le haut des pavés (surtout syndicaux). Mais la femme passe soudain de l’inexistence à l’hypertrophie. On ne voit plus alors qu’une haie de majuscules, comme une armée vaguement menaçante.
L’égalité par la grammaire n’est donc pas à portée de main. D’autres combats le sont, plus importants encore. Par exemple, que lundi 14 juin, à l’anniversaire commémorant la grève de 1991, les femmes puissent fêter l’acceptation par le peuple de l’assurance maternité. gs

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8119 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8119

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP