Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Edito: Un bouquet trop capiteux

C’est un bouquet d’initiatives que l’USS et le PSS veulent offrir à la population. Ë une année des élections fédérales, les radicaux ont des visions, les socialistes préparent les floraisons. Au programme, cinq initiatives, qui vont de l’impôt sur les gains en capital au projet d’un système de santé à un prix abordable, en passant par les places d’apprentissage. Aux militants alors de récolter les signatures, de les arracher aux passants pendant les mois d’automne pluvieux quand l’encre dégouline sur les feuilles mouillées.
Sur le fond, les domaines touchés par le bouquet d’initiatives inventorient les projets de société défendus par la gauche politique et syndicale, des projets « au cœur de la citoyenneté » comme le dit justement Ursula Koch. Mais il y a problème quand le recours à l’initiative semble devenir le seul et unique moyen de la gauche pour s’imposer sur un terrain politique et syndical où elle a dû baisser les armes.
L’USS propose la semaine à 36 heures alors que la FTMH a montré sa faiblesse, en effectifs et en revendications, dans un accord entre partenaires sociaux qui instaure la flexibilité, sans diminution du temps de travail. Quant au PS, il lance des initiatives comme une campagne de marketing, mettant ses membres à contribution en vue d’occuper pendant une année le terrain politique, pour l’abandonner sitôt les élections terminées.
L’initiative constitue certes un outil important pour un parti minoritaire, surtout avec une droite politique et patronale qui use d’arguments volontairement alarmistes quand il s’agit des prestations sociales, qui se montre frileuse quand il faut participer équitablement au renflouement des finances fédérales, ou qui menace sans états d’âme la paix du travail pour imposer la flexibilisation. Mais que la gauche ne gâche pas les instruments de la démocratie directe et la capacité d’engagement de ses membres. Le lancement d’une initiative est une opération en trois temps. Celui du coup (médiatique) immédiat, des prises de bec et de position, puis la période où l’initiative se balade de consultation en commission, pour aboutir enfin au passage en votation, quatre ou cinq ans plus tard.
Un calendrier qui impose donc certaines exigences : d’une part des moyens financiers conséquents Ð cumuler cinq initiatives, à tenir à bout de bras pendant quelques années, c’est beaucoup. D’autre part, les initiants doivent assurer le suivi du projet pendant toute la durée de vie de l’initiative, de la récolte au passage devant l’urne ; enfin, les propositions de réforme doivent être relayées au niveau parlementaire, puis courageusement défendues au moment du vote. Ou le plus beau des bouquets a alors toutes les chances de se faner avant d’avoir éclos.
GS

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8015 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8015

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP