Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Télévision: Le réalisme économique à l’écoute des régions (et vice versa)

Une nouvelle émission TV est née. Intitulée Tout à l’heure, elle entend se faire l’écho des régions de Suisse romande.
Difficile de se faire une idée après un seul numéro. Mais la TSR saura-t-elle grignoter la concurrence des petites chaînes locales, de mieux en mieux implantées dans les régions ?

De tout temps l’information régionale a posé problème aux médias. Et spécialement à la télévision et à la radio dont la mission est à la fois fédératrice Ð rassembler un pays séparé par les différences linguistiques Ð et fédéraliste Ð traduire les spécificités régionales.

Une nouvelle race de journalistes

Le 17 août la télévision suisse romande a présenté son nouveau programme d’information régionale Tout à l’heure. Symbole de la décentralisation, le studio est installé à Lausanne ; quatre-vingts personnes y sont rattachées dont une soixantaine de correspondantes et de correspondants répartis dans les différents cantons romands. On nous promet créativité, originalité et surtout, proximité. Le « concept d’information » est adapté à l’air du temps Ð caméras digitales, bancs de montage numérique, transmission par fibre optique, et nouveaux journalistes, les reporters-images Ð afin de capter au plus près les pulsations régionales.
Il y environ quatre ans, une collaboration entre Genève et FR3 Haute-Savoie organisée dans le but de créer un programme régional commun inaugure un nouveau langage, un nouveau style dans l’information de proximité. Fini le présentateur scotché à son téléprompteur qui fait le lien entre l’information et le spectateur ; une nouvelle race de journalistes, les reporters-images ( JRI ), sillonnent le pays et en ramènent des reportages-clip d’une ou deux minutes. Dès lors l’image devient prioritaire Ð pas d’image pas de sujet Ð le fait divers, l’événement exceptionnel ou anecdotique priment sur le commentaire ; y sont privilégiés les portraits, les interviews au détriment du développement de l’information. Séduite par le nouveau concept, la TSR étend alors le système à d’autres régions, en particulier Neuchâtel et le canton de Vaud.
Mais la solution miracle a ses limites. En particulier elle ne réussit pas à mordre sur les télévisions locales, progressivement bien implantées dans le pays. La TSR décide donc de revoir sa stratégie. Le programme Tout à l’heure résulte de cette alchimie entre la tendance clip du « tout à l’image » et la nécessité de concurrencer les télévisions locales sur leur propre terrain.
Car malgré les louables objectifs évoqués par les responsables de la TSR, la création d’un programme régional répond plus aux sollicitations du marché qu’à celles des spectateurs. La menace par le bas que représentent les télévisions régionales fait peur à la TSR qui craint qu’en négligeant ce secteur elle ne perdre le monopole de l’information nationale et régionale justifiant la divine redevance. La TSR, si elle doit bon gré mal gré se résigner à la concurrence des chaînes étrangères qui couvrent avec des moyens financiers et logistiques autrement plus importants l’actualité internationale, ne peut se laisser grignoter par celle des radios locales.
Le calcul est-il réussi ? Difficile de conclure sur une seule émission. En vrac, le Tout à l’heure du 17 août contenait deux séances météo sponsorisées par Vögele en vingt minutes Ð et sans que la température ait fondamentalement changé ; trois séquences pub en quarante-cinq minutes ; deux sujets développés, c’est-à-dire impliquant plus qu’un journaliste et un interviewé.
Ë partir de 19 heures, tout s’accélère. En dix minutes, pas moins de cinq reportages de JRI, balancés aux spectateurs. De la candidature Ogi à Sion 2006 aux taxes d’amarrage à Genève, on parcourt la Suisse romande à la vitesse de l’éclair. ‚a change certes des longueurs monotones de la série américaine recalée, mais ce n’est pas toujours plus limpide.
Que des médias comme la radio ou la télévision valorisent l’information régionale, pourquoi pas. Mais qu’elle s’en donne les moyens ; la formule de Tout à l’heure se fera-t-elle l’écho des vrais problèmes de ce pays, saura-t-elle remplir les évidentes lacunes d’information ? Car le travail de terrain ne protège pas contre le risque du déracinement. Le rôle de la télévision et de la radio est de favoriser de vrais débats, s’inscrivant certes dans les particularités linguistiques et régionales mais en les éclairant à la lumières des enjeux transversaux. Il serait dommage que la NZZ devienne le seul média national en Suisse. gs

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8014 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8014

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP