Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

World musique: Quand retentit le Ranz des vaches ?

Le Ranz des vaches a son nouvel interprète officiel.

Son histoire et ses légendes aussi.Patrick Menoud, la voix « officielle» du Ranz des vaches de 1999 n’est pas un véritable armailli des Colombettes. Qu’importe puisque, comme l’affirmait Sainte-Beuve, « Tout vrai Suisse a un ranz éternel au fond du cœur ». Ë l’heure des fantaisies post-modernes de Pipilotti Rist, le Ranz des vaches, épine dorsale de la Fête des Vignerons reste un chant sacré. Et la « Suisse éternelle » retient son souffle.
Un livre de Guy S. Métraux, paru en 1984, réanime la figure, figée dans le mythe helvétique, de ce chant de pâtres, un des genres les plus anciens et répandus du folklore musical universel.

Le chant de la nostalgie

Comme toute musique d’origine primitive, le ranz des vaches appartient à la tradition orale : la musique se transmet de bouche à oreille, d’une région à l’autre, dans les communautés.
Tout peuple de bergers a son hymne, sorte de mélodie incantatoire et somme toute très fonctionnelle, destinée à rassembler le troupeau, à compter le nombre de bêtes ou à raconter la vie dans les montagnes. Le ranz des vaches helvétique est né dans la zone s’étendant des Préalpes d’Appenzell aux Préalpes fribourgeoises. En tête des régions, au nombre de ranz signalés par les chercheurs : l’Oberland bernois, Lucerne, les cantons primitifs, et finalement la Suisse romande, notamment la Gruyère.
C’est en Appenzell, en 1545, que pour la première fois est retranscrit un ranz des vaches. Il faudra attendre 1710 pour qu’un médecin bâlois le fasse figurer dans un traité de médecine comme une des causes du Heimweh des soldats suisses du service étranger en France et en Hollande. Mais c’est essentiellement à Jean-Jacques Rousseau que nous devons la popularité du ranz helvétique en Europe, puis, par effet de boomerang, dans toute la Suisse.
à la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, le monde bascule dans le mythe de l’homme libre face à la nature alpestre. En 1813, le ranz des vaches gruyérien s’impose devant tous les autres et devient cet air solennel, presque liturgique, et surtout national, mythe fondateur d’un État fédéral en construction, emblème d’une Suisse primitive, éternelle et réunifiée. On réinvente la tradition ancestrale, on célèbre l’esprit patriotique, la conscience nationale et accessoirement l’éthique protestante.
Tout mythe a ses légendes. Celles du Ranz des vaches racontent que le chant transmet la nostalgie, une maladie typiquement helvétique qui signifie « le mal du retour » ; il aurait été interdit aux soldats suisses à l’étranger, qui, en l’écoutant, désertaient ; un Helvète, en homme libre, aurait refusé de le chanter devant le roi de France.
La Fête des Vignerons, depuis 1819, année où pour la première fois les armaillis de la Gruyère participèrent à la manifestation, jusqu’à aujourd’hui est le lieu d’accueil officiel du chant alpestre. Le Ranz des vaches a donné à la Fête ce caractère de rituel empreint d’une ferveur quasi religieuse. André Charlet déclarait à ce sujet en 1984 : « Ne nous y trompons pas, le chant du Ranz des vaches est une mythologie aussi forte et aussi ancienne que celle de Guillaume Tell, une cristalisation mystique et sacrée ». Et en 1833, Fenimore Cooper, l’auteur du Dernier des Mohicans écrivait « Les pâtres et les laitières n’eurent pas plutôt dit les premiers versets qu’un profond silence se fit dans la foule, puis à mesure que les strophes du chœur s’élevaient dans l’air, de nombreux échos partant de la foule répétaient les notes sauvages ». Et l’engouement n’est pas prêt de s’éteindre : c’est le visage «illuminé » que le metteur en scène de la manifestation veveysanne a entendu, sur le haut d’un alpage, le candidat sélectionné (in Le Temps, 29. 7. 98). Et il a ajouté : « C’était grandiose. Il avait les pieds ancrés dans la terre, comme un chêne. Il nous a foutu les frissons ». gs

Guy S. Métraux, Le Ranz des vaches, éditions 24 Heures, 1984

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/8012 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/8012

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP