Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Chronique: Vous qui passez sans me voir

Voilà, c’est l’Eté. Saison des amours et des leurres. Séduction obligatoire. Et il faudrait que j’exulte avec les autres ? Que j’ulule mon allégresse à la lune, que je m’égosille dès l’aube – telle la merlette frétillant du croupion dans les sous-bois ?
Exclu. Que l’Eté ne compte pas sur moi cette année. Ses loukoums sucrés commencent à m’écœurer. Je viens de m’inscrire aux adorés absents. L’Eté, il y belle lurette que j’ai deviné son jeu. C’est un faux jeton, un truqueur.
Une saison barbare qui vous dénude et crûment vous révèle.
Debout devant ma glace, je ne me salue plus. Je ne me reconnais plus. Moi, ce corps mou, ce visage bouffi ? Non, non, vous devez confondre. Je ne me suis jamais rencontrée. Nous avons déjà été présentées ? Je n’en ai aucun souvenir ? Qui suis-je pour avoir osé changer à ce point ? Qui a autorisé cette contrefaçon sans me consulter ?
Vaine et tardive révolte, trou de mémoire pathétique. Miroir, mon beau miroir, c’est l’Eté – et tu ne réponds pas. Toi d’habitude si bavard au moindre rayon de soleil.
Je n’arrête pas de vieillir le soir à la chandelle. Est-ce une raison pour me priver ainsi de tes services ?
Bon, je te renvoie. Tu es viré jusqu’à l’automne. Je me débrouillerai sans toi. Comme avant. Aux jours anciens de mes étés tout neufs, en ces jours bénis où les hommes étaient mes seuls miroirs.
Ma jeunesse m’a lâchée. Mon tour est passé. Je ne suis plus qu’une ombre épaissie, un décalque barbouillé de moi-même. Une créature hybride qu’on croise sans la remarquer.
Les hommes m’ont effacée les premiers. Dans leurs yeux, mon image se noie. Le phénomène est patent. Les preuves s’accumulent.
D’abord, on m’appelle «Madame» partout. Au marché c’est «La Dame», ou pire : «Ma Petite Dame». Dans les restaurants on me tient la porte. Dans les trains on m’aide à monter mon bagage. Une fois sur deux on propose de me céder sa place.
Et puis on ne me siffle plus dans la rue. Ni de loin, ni de dos. On ne m’y accoste que pour un renseignement. Un vrai. Et quand on me parle on me fixe sans ciller. Envolés les regards au fusain baladeur, les coups d’œil au pinceau. Evanouis ces croquis qu’infiniment mes peintres amoureux reprenaient sur le vif.
Il y a plus grave. Plus significatif.
Les femmes elles-mêmes ne me considèrent plus. Elles qui autrefois m’auraient détaillée des pieds à la tête, elles qui jadis m’accordaient l’honneur de la rivalité, celles-là étrangement se sont mises à m’aimer.
On me veut du bien. On me demande conseil, mon avis intéresse. L’expérience, c’est connu, n’a pas de visage. Est-ce parce que je suis transparente que mon apparence les préoccupe autant ?
Dans les drogueries, par exemple. Il y a cinq ans encore, les vendeuses ménageaient ma susceptibilité. Joignaient à mon achat des échantillons innocents, mini-flacons de parfum, micro-tubes de sérum hydratant. Aujourd’hui, outre leur fraternelle commisération, j’ai droit à des litres de soin raffermissant et des kilos de crème pour «peaux matures».
Les esthéticiennes, elles, me font carrément la leçon. Madame se lave la frimousse au savon de Marseille sans doute ? Le masque régénérant, les bains émollients, les capsules de liposomes, elle méprise, et oserais-je le dire, ça se voit.
Je ressors de leurs longues griffes laquées, épuisée, penaude, la bourse plate et le cabas grouillant d’anti-radicaux libres.
Dans les pharmacies, c’est plus professionnel. On m’y examine en blouse blanche. On me prescrit d’autorité du rétinol, de la vitamine E, des antioxydants en gélules. Lorsque je commande mes isoflavones au soja non génétiquement modifié, on s’exécute sans entrain. On s’étonne ouvertement.
Comment, vous ne substituez pas ?
On me vante alors les effets stupéfiants des gels ou des patchs oestro-progestatifs. Mieux qu’un lifting, Madame. Les effets secondaires, la rétention d’eau, la prise de poids ? On soulève une épaule désolée. Et le risque accru de cancer du sein ? De grâce, Madame, évitons les comparaisons intempestives ! Les statistiques alarmistes auxquelles vous vous référez sont américaines. Elles sont basées sur des données et des dosages différents ? Non, croyez-moi, Madame, en traquant systématiquement les méfaits de la disette hormonale, les laboratoires font quotidiennement des découvertes révolutionnaires.
Sachant cela, mes nuits, je l’avoue, se sont allégées d’un grand poids. Je me réveille toujours aussi souvent, la nuque gelée et les jambes brûlantes. Mais je traverse mes insomnies la fleur au fusil, ragaillardie de savoir que la science veille et se bat à mes côtés.
Miroir, mon vieux miroir, prends garde à toi ! Ton heure viendra. Je t’enfermerai dans l’armoire aux accessoires. Pour l’éternité. Voilé de noir, tu n’auras pas beau tain. Moi non plus ? Je m’en ficherai, sois-en certain.
En attendant, je peux continuer de mûrir tranquille. De toute façon, après «peau mature», il n’y a plus rien dans l’assortiment. La pharmacienne a vérifié.
Anne Rivier

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/7923 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/7923

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP