Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Le khôl serait-il subversif ?

Une lectrice réagit à l’interview du professeur Welzer-Lang, parue dans DP 1345

Monsieur Welzer-Lang se farde les yeux, il porte sans doute un jean et un blouson de cuir, il est progressiste Ð de gauche quoi. Dans les années soixante-dix cela pouvait peut-être suffire à le faire passer pour un « nouvel homme » aux yeux de ses « copines féministes ».
Instruites par de cuisantes expériences, les féministes de 1998 y regarderont quand même d’un peu plus près. Car, sous le flou artistique de la pensée et le vocabulaire racoleur, l’imposture est éclatante. Il ne suffit pas d’émailler un discours de concepts repris aux sociologues les plus médiatiques ( de la domination masculine de Bourdieu aux chaussettes sales de Kaufmann ) ou de formules d’un pédantisme abscons (« lieu monosexué de reproduction sociale », « des limites en devenir » ) pour présenter une analyse novatrice des rapports sociaux de sexe.

La violence est un moyen de contrôle social

Et pourtant, le travail de terrain de Daniel Welzer-Lang lui a permis de constater des choses stupéfiantes. « Les violeurs appartiennent à toutes les classes sociales » : incroyable. « Les hommes et les femmes n’ont pas la même représentation de l’espace privé et de la manière de gérer le ménage » : impressionnante lucidité. Si ses vieilles copines féministes des années soixante-dix pensent à lui glisser encore quelques références bibliographiques sur l’oreiller, peut-être va-t-il bientôt découvrir des faits aussi peu connus que l’exploitation domestique des femmes ou leur assignation à la sphère privée. Mais ce n’est pas sûr. Il faut craindre que sa volonté de ne pas « diaboliser » les agresseurs l’empêche définitivement de comprendre que la violence est un des moyens les plus classiques de contrôle social et de contrainte exercés par les hommes envers les femmes, tant au niveau des classes de sexe qu’au niveau des individus.
Son hypothèse implicite à lui, même s’il fait prudemment semblant de s’en défendre, est la coresponsabilité des victimes dans l’engrenage de la violence familiale : dépossédés par leur mère puis par leurs femmes de l’espace domestique, les hommes ne peuvent que frapper ou violer s’ils veulent s’y faire entendre. Elles n’avaient qu’à pas provoquer, ces chiantes, ramasser le linge sale sans rien dire, faire à manger et écarter les jambes quand on leur demande. Et puis, même s’ils ont pu s’exprimer tout à loisir à coups de poings ou à coups de bite, ces hommes en grave détresse psychologique ont quand même aussi bien besoin de pouvoir causer, pour se rassurer. C’est pour ça qu’on fait des recherches sur la violence masculine, et qu’on ouvre des lieux destinés aux hommes violents : pour leur permettre de se réappropier une parole confisquée par les méchants juges, les vilains policiers et les féministes agressives. Notez que si, éventuellement, ça leur évite de récidiver, pourquoi pas. Mais ce n’est qu’un bénéfice secondaire. Au fond, les violeurs sont des êtres gentils et doux qui ont seulement besoin d’une écoute bienveillante : la preuve, ils ne l’ont pas agressé, lui. Et puis, les bourreaux sont tellement plus intéressants que les victimes. D’autant plus qu’ils appartiennent à votre propre classe de sexe.

Discours réactionnaire

Cher monsieur Welzer-Lang, à qui espérez-vous faire croire qu’il suffit à un homme de se maquiller les yeux pour subvertir les genres ? Vous tentez de légitimer un discours masculin réactionnaire empestant la haine des femmes en faisant croire que vous n’êtes pas un homme comme les autres. Ce n’est pas une méthode très nouvelle. Vous croyez vraiment que ça marche encore ?

Hélène Joly, Pully

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/781 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/781
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP