Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Requérants d’asile: Ne laissez pas le naturel revenir au galop

Le Conseil d’État vaudois a diffusé un communiqué clair : il invite la population à faire preuve de tolérance face aux étrangers accueillis sur sol vaudois et condamne les actes xénophobes. Mais avec d’étranges explications.Commentaire.

Le Conseil d’État vaudois a fait publier la semaine passée, par l’intermédiaire du Bureau d’information et de communication de l’État de Vaud, une déclaration sur l’accueil des étrangers. Cette prise de position, fort bienvenue, est claire : elle « s’inquiète de la recrudescence de discours et d’actes exprimant l’intolérance de leurs auteurs à l’égard des étrangers ». En termes bien pesés, elle rappelle que les requérants d’asile hébergés en Suisse sont ici parce qu’ils ont dû subir la violence dans leur pays, et qu’ils ne sont, dans leur très grande majorité, pas des profiteurs et des criminels en puissance.
Jusque-là, rien à reprocher à ce communiqué Ð à vrai dire, il n’y a pas non plus à le louer pour être particulièrement généreux ou courageux : ce serait un comble que tout discours mesuré, qui tente de freiner les ardeurs xénophobes et racistes, doive apparaître comme une entreprise exceptionnellement magnanime ou intrépide.
Mais il se clôt par un paragraphe où survient un terme complètement saugrenu dans la terminologie officielle. Alors qu’une autorité politique utilise habituellement un langage formel et institutionnel, d’où sont autant que possible évacués des éléments métaphysiques ou métaphoriques, le texte de cette déclaration note : « le Conseil d’État sait aussi qu’il peut exister une tentation naturelle à faire porter à l’étranger le poids des difficultés résultant de la conjoncture économique, du chômage et des mutations sociales que traverse notre pays ».

Le racisme : une donnée fondamentale et naturelle ?

Que vient faire ici la nature ? Le communiqué utilise-t-il l’adjectif « naturel » en un sens « mondain » Ð « mais voyons, c’est tout naturel ! » Ð pour dire qu’il est bien normal, bien attendu que des réactions de refus d’autrui se manifestent. Ce serait singulièrement minimiser, voire excuser de tels comportements, au moment même où il est question de les mettre en cause. Ou le message se base-t-il sur la conviction que les êtres humains sont quasi physiologiquement racistes ? En essentialisant le racisme, en en faisant une sorte de donnée fondamentale de la « nature » humaine, le communiqué se mettrait dans une étrange position : il reconnaîtrait la fatalité organique de ce qu’il avait pour but de contrer par l’argumentation et la communication.

Le racisme n’est pas naturel, il est historique

Invoquer la nature humaine ou les « mentalités », c’est bien souvent faire de la sociobiologie et de l’ontologie caricaturales Ð et ni ce ton de fatalisme ni ce registre sémantique ne conviennent à un organe censé gérer la collectivité avec intelligence et dynamisme.
L’attitude raciste, qui désigne des victimes en les accusant d’être coupables, est simpliste ; mais il s’agit de n’en pas fournir des interprétations elles-mêmes simplistes, en la posant comme une sorte de reliquat archaïque instinctuel : si stupides que soient les recettes qu’il utilise, le racisme est une tentative de produire de la connaissance et de trouver une solution ; même si c’est de manière inepte, il établit des relations supposées logiques entre des phénomènes.
Pour garder une position fermement critique à l’égard du racisme, il ne faut pas l’assigner à la nature, mais à l’histoire, et aux relations entre des êtres humains, entre des collectifs. Et pour éviter de voir le racisme comme un attribut essentiel (confortablement et systématiquement attribué à l’autre), rappelons-nous son caractère relationnel ; comme le dit la troublante et éclairante formule de Claude Lévi-Strauss : « Le barbare, c’est d’abord l’homme qui croit à la barbarie ». jyp

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/7048 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/7048

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP