Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Forum: A qui profite l’éducation boursière?

Depuis quelques années, n’importe quel auditeur a pu
constater un maillage accru des informations économiques à la Radio
suisse romande, comme dans la plupart des chaînes publiques
comparables. Sans parler de la grande presse. Le temps radio consacré
aux nouvelles financières se voit peu à peu étoffé (chroniques
boursières, éco-matin, et plus récemment, déclinaison du SMI à la fin
du journal de midi). Les grandes chaînes publiques diffusent à des
heures stratégiques les bulletins complets des cours et des tendances
actionnariales. Donnée comme une évidence, cette prestation se veut
sans doute une adaptation à la constante mutation du monde. Désormais,
les Romands bénéficient d’une véritable éducation boursière.
On peut
trouver cela tout naturel, ou se demander la raison d’être de cette
information patiemment démocratisée. Avec la généralisation de la
spéculation immatérielle et de l’actionnariat, une partie croissante de
la population traite au quotidien des informations boursières. Et la
rubrique ad hoc vient ratifier ce qu’elle considère sans doute comme un
simple et légitime besoin. Est-ce son rôle ? Est-ce là un pur acte
d’information ?

Une lecture économiste du monde

Depuis
longtemps, l’on sait que « décrire, c’est aussi prescrire », et qu’une
information charrie non seulement les bribes d’un sens, mais aussi des
catégories de perception du monde. L’information boursière, peut-être
sans le vouloir, structure les cerveaux en vue d’une lecture économiste
du monde. En effet, les diverses rubriques de presse et de radio
(économie, politique, culture, etc.) organisent selon leur taille notre
image du monde et la répartissent en secteurs hiérarchisés, difficiles
à remettre en cause. Mais l’évidence ne résiste pas à l’analyse: ces
catégories, construites de toutes pièces et variables selon le moment,
ne reflètent nullement le réel – celui-ci n’est pas pré-divisé en
rubriques ! – mais bien la lecture dominante qui en est faite. Mieux
encore : le monde tel que le voient ceux qui, agissant sur lui à leur
profit, ont intérêt à le perpétuer tel qu’il est.

Ce qui n’est pas dit ?

Si
la rubrique économique se croit obligée d’informer sur le fait
boursier, pourquoi pas, mais elle n’assume pas clairement l’effet de
son travail de diffusion : celui de renforcer chaque jour l’idée du
primat indiscuté de l’économique sur le politique. En outre, elle
n’accomplit que modérément un autre acte d’information auquel auraient
droit les auditeurs : démasquer l’évidence de ce qui est donné comme
une fatalité économique en désignant ses fondements sociaux.
Lorsqu’elle annonce avec empressement une récente suppression
d’emplois, la rubrique économique dit-elle que ces décisions résultent
d’une idéologie qui envisage artificiellement les échanges marchands
comme autonomes de leurs implications sociales1 ?
Enquête-t-elle sur les motivations exactes, l’idéologie (il faut bien
employer le mot) et les collusions personnelles au principe de telles
décisions économiques anonymes ? Rappelle-t-elle que ces décisions ne
suivent aucune loi absolue des échanges, mais témoignent de la
fermeture du monde économique sur ses propres critères? « Business is
business », cette formule circulaire qui atteint le plus cruel comique,
a-t-elle une fois été discutée en détail ?

Les soi-disant nécessités de la nouvelle économie

Je
n’entends guère ces choses dans mon poste, sauf parfois dans la bouche
d’un invité éphémère, à qui on laisse la responsabilité de ses
opinions… L’objection à mes propos sera aisée, au nom du droit à
l’information et de l’attention héroïque aux mutations «passionnantes»
ou aux «défis» de notre monde, etc. Inutile travail de façade : ces
arguments constituent des rationalisations tardives, qui trahissent
avant tout l’impuissance à penser simultanément dans et contre le cours
des choses.
L’évolution de la rubrique boursière n’a rien d’une
mutation démocratique de l’information, c’est un ajustement aveugle sur
les soi-disant «nécessités» de la nouvelle économie. Voilà, diffus et
poliment ânoné à nos quotidiennes oreilles, un de ces multiples petits
scandales symboliques qui, à propos d’un chaîne publique, demanderaient
débat. Dieu merci, la société civile s’éveille (Seattle, Davos, Porto
Alegre, Gênes), débordant les structures des partis politiques, et
apportant un formidable démenti humain à un fatalisme qui profite avant
tout à ceux qui le professent.
Jérôme Meizoz

1Lire Pierre Bourdieu, Les Structures sociales de l’économie, Seuil, collection Liber, 2000.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6765 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6765

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP