Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Peinture: La dimension politique de l’art

Durant le printemps et l’été, à Studen près de Bienne, Christoph Blocher a présenté sa collection personnelle de tableaux du peintre Albert Anker. Simultanément, le musée des beaux-arts de Berne proposait une exposition Albert Anker, Adolphe Wolfli. Mondes parallèles.
Tout le monde a vu l’une ou l’autre œuvre d’Anker (1831-1910). L’un des artistes majeurs de la période de formation de la Suisse moderne, du milieu du XIXe au début de ce siècle, le peintre bernois met en scène la vie quotidienne dans les campagnes helvétiques, véritables lieux du pouvoir dans le nouvel État, et brosse le portrait des figures marquantes de la société rurale.
L’histoire culturelle de la production d’Anker peut se décliner en trois actes.
Premier acte. C’est l’annonce d’un pays innovateur. La Suisse de 1848 est une île dans un océan de monarchies et d’empires.
Deuxième acte. Après la première guerre mondiale et jusqu’à nos jours, l’œuvre d’Anker rappelle les temps fondateurs et suscite la nostalgie d’une Suisse idéalisée, peuplée de paysans et de montagnards libres sur leurs terres. C’est à cette nostalgie que se réfère le chroniqueur de L’Événement syndical pour qui il ne faut pas laisser Anker à Blocher.
Troisième acte. Cette nostalgie parfois complaisante devient la base politico-culturelle du repli nationaliste et du mépris des autres. Du vernissage de l’exposition de Studen, Christoph Blocher a fait un meeting de soutien à ses thèses politiques.
Comme en réponse à cette appropriation, les conservateurs du musée des beaux-arts de Berne tentent de libérer Anker de son image convenue. Certes Wolfli (1864-1930) est l’image inversée d’Anker, même si les deux artistes, nés dans la région de Berne, travaillent près de dix ans à 30 kilomètres de distance. En 1854, Anker interrompt ses études de théologie pour se consacrer à la peinture. Ë la fin du siècle, il est au sommet de son art, membre de la Commission fédérale des beaux-arts et du conseil de la Fondation Gottfried Keller. Il fut même député au Grand Conseil. Wolfli, enfant placé, valet de ferme et manœuvre, commence à peindre en 1899, dans la clinique psychiatrique où il est interné pour schizophrénie et où il mourra. Il produit des collages d’imprimés et dessine sur des pages de journaux, combinant le trait et le texte. Wolfli consacre des milliers de pages à la « Gigantesque création de Saint Adolf », une utopie personnelle ouverte sur un avenir mythique. Les deux artistes se réfèrent à la vie paysanne, chacun à sa manière. Anker annonce la société d’un jeune État qu’il voudrait telle qu’il la peint, fondée sur de règles et des valeurs d’une morale reconnue. Wolfli s’inspire de son monde intérieur. Il voyage dans son esprit pour célébrer et même peser sur cette société dont il est exclu.
Pour les organisateurs de l’exposition de Berne, il s’agissait de faire « comprendre les liens qui unissent des œuvres aussi divergentes, en laissant deviner que le fossé entre les deux n’est pas aussi profond qu’il apparaît au premier abord ». Un objectif ambitieux dont on retiendra qu’il était une façon habile et compétente de sortir Anker du jeu blochérien. dm

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6672 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6672

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP