Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Chronique: Un été indien noir et sanglant aux Etats-Unis

Depuis le début du mois d’octobre un tireur inconnu
a abattu au hasard des personnes dans les banlieues de Washington DC.
Les victimes, hommes et femmes, avaient entre 13 et 72 ans, et ont été
abattues en plein jour. Le tireur était expérimenté et utilisait un
fusil de haute précision, en vente libre ? Il est resté insaisissable
pendant trois semaines, malgré les patrouilles, armes au poing, et
l’avion espion aimablement prêté par le Ministère de la Défense. Après
le serial killer, voici venu le temps du spree killer 1 nouvelle
psychose macabre des banlieues de la capitale.
Ironie de l’histoire,
cette double chasse à l’homme s’est déroulée au moment même où sortait
sur les écrans américains le dernier documentaire sarcastique du
réalisateur Michael Moore2 sur la gun culture et la fear culture.
Bowling for Columbine revient sur la terrible tuerie de Columbine High
School (Littleton, 1999 : deux ados abattent treize élèves dans un
lycée d’une banlieue sans histoire du Colorado ?). Le réalisateur, faux
Candide à l’air pataud, se rend dans une petite banque du Michigan où
l’on offre un fusil flambant à tout nouveau client (!), interroge avec
ingénuité des militiamen (paramilitaires d’extrême droite) armés
jusqu’aux dents et décidés à «défendre leur famille» contre l’invasion
du gouvernement fédéral, de l’ONU ou des hordes fantasmées de pauvres
(noirs de misère et de peau). Entre les «foires aux armes» et les
amateurs de fusil au crâne épais, l’Amérique profonde ne rigole pas.
Dans ma salle de cinéma de Manhattan, le public rit ? jaune.
Michael
Moore ne s’attarde pas seulement sur les intoxiqués à la poudre de
cartouche, mais passe adroitement en revue la privatisation des aides
sociales qui contribuent à la dissolution des liens sociaux et à
l’enrichissement des grandes firmes d’armement. Lockheed Martin, leader
mondial du secteur aéronautique, a une usine à Littleton. Dans le
Michigan, ainsi que dans d’autres Etats de l’Union, cette même
multinationale s’occupe depuis le milieu des années 1990 du placement
des anciens récipiendaires d’aide sociale dans les programmes de «mise
au travail» (workfare) dont se gargarisent les partisans helvétiques de
la révision de l’assurance chômage. La gestion de la pauvreté est un
secteur lucratif, en pleine expansion.
Toujours dans le Michigan, un
enfant de six ans a tué en 1999 une petite fille de sept ans dans une
école. Le gosse avait trouvé une arme chargée dans la maison de son
oncle. Sa mère y avait trouvé un abri temporaire après avoir été
expulsée de sa maison ? Eh oui, une fois sortie du welfare pour tomber
dans les tenailles du workfare, la jeune femme n’avait plus droit à des
subsides de logement, malgré un travail payé des clopinettes et
nécessitant de longs et pénibles déplacements quotidiens ? Entre deux
shifts à servir des pâtisseries dans un clinquant centre commercial
pour banlieusards «consuméristes», elle n’avait pas eu le temps
d’ouvrir le cartable létal de son fils. Des missiles «intelligents» aux
bombes à fragmentation sociale, on propose de tout chez Lockheed !
Pendant
ce temps, à l’extérieur du cinéma, la crise économique s’aggrave et les
annonces de licenciements se succèdent. A quelques miles des banlieues
du spree killer, le Congrès joue une pièce de théâtre particulièrement
navrante. Malgré de flamboyantes déclarations et un pseudo suspense
médiatique, une forte majorité de parlementaires (296 contre 133) se
sont alignés sans broncher derrière leur président-général-en-chef.
Ce
résultat prévisible n’est pas encore contrebalancé par une mobilisation
anti-guerre d’envergure. Encore que ? le 6 octobre dernier, une année
jour pour jour après le début des bombardements en Afghanistan plus de
100 000 personnes se sont rassemblées à travers le pays pour réciter un
pledge of resistance contre la guerre. La manifestation de New York
(Central Park) était particulièrement impressionnante. Je ne m’étais
jamais trouvé au milieu d’une foule de 30 000 personnes récitant
solennellement un serment pacifiste avec la ferveur d’un pater noster ?
Le samedi 26 octobre, à la double manifestation nationale à San
Francisco et Washington DC, nous avons été bien davantage à scander :
«Non,
en notre nom vous ne livrerez pas de guerre sans fin, il ne peut y
avoir plus de morts, plus d’effusion de sang pour le pétrole.
[ ?]
Un autre monde est possible et nous allons le transformer en réalité.» 3

Par Matthieu Leimgruber étudiant lausannois en histoire à l’Université Columbia de New York

1 Shopping spree : un marathon de shopping.
2
Cinéaste de l’«autre Amérique» révélé par Roger and Me (1989), un
documentaire mordant sur la brutale désindustrialisation reaganienne de
Flint (Michigan), ville symbole de General Motors.
3 Ce serment est disponible (en anglais et également en français) à l’adresse suivante : www.notinourname.net

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6510 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6510

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP