Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Armes taboues: Le fusil reste provisoirement à la cave

Et voilà qu’à nouveau tombe un tabou bien helvétique. Après l’érection d’un nuage artificiel en symbole national et l’abolition programmée du contingentement laitier, surgit Ð enfin Ð l’idée de limiter, voire de supprimer, la détention à domicile des armes d’ordonnance.
La seule évocation d’une telle perspective, qui, pis est par le Chef de l’ex-DMF, a de quoi révulser le pays de Guillaume Tell et des tirs obligatoires. Au temps où chaque enfant naissait encore soldat, plus précisément en décembre 1983, la Conseillère nationale que j’étais soulevait beaucoup d’indignation en posant au Conseil fédéral une simple «question ordinaire» concernant la statistique criminelle ; celle-ci oubliait, comme elle le fait toujours, de recenser les actes de violence commis avec des armes d’ordonnance. A l’époque, une enquête auprès des commandements de police avait permis d’établir qu’en 1982 neuf homicides (sur un total suisse de 142) avaient été commis au moyen de leur arme d’ordonnance par des hommes incorporés dans l’armée.
Au vu de cette faible proportion, le Conseil fédéral assurait que «le refus de porter une arme pendant le service militaire, ou de la prendre chez soi, serait un moyen tout à fait inefficace pour lutter contre la violence et la criminalité». Quelques années, et pas mal d’homicides plus tard, le discours a changé. Samuel Schmid, chef du Département, rebaptisé par Adolf Ogi, Défense, Protection de la population et Sport, envisage de restreindre la détention d’armes d’ordonnance au domicile des militaires actifs, à tout le moins la remise de «munitions de poche».
Le critère décisif pour de telles restrictions vaut son pesant d’explosif : il faudrait les appliquer aux seules personnes dont «l’état d’âme (Gemütszustand) ou le comportement donnent lieu à des plaintes de la part des autorités locales ou dont la fermeté de caractère n’est effectivement pas établie». Après le délit de faciès, voilà donc celui de profil psychologique. Sales gueules et sales tronches, unissez-vous ! yj

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6345 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6345

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP