Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Conjoncture: Laisser passer les Fêtes

Malgré les perspectives économiques médiocres et une croissance zéro, les collectivités publiques surfent sur les contradictions. Avoir une vue d’ensemble est plus
que jamais indispensable.

Curieuse ambiance conjoncturelle en cette fin d’année 2001. L’économie intérieure flirte avec le taux de croissance zéro et les perspectives ne sont guère encourageantes à court terme, mais le climat de consommation reste bon et les ventes au détail augmentent en termes réels. Les annonces de licenciements collectifs se multiplient, mais les négociations sociales de cet automne se terminent plutôt bien pour les salariés. Le secteur du tourisme subit la crise du transport aérien, mais les réservations dans les stations de montagne laissent prévoir une saison d’hiver exceptionnellement bonne. Les primes de l’assurance maladie prennent une fois de plus l’ascenseur, mais les affiliés « compensent » les hausses subies en contribuant à l’augmentation de la consommation médicale. Les caisses de pension connaissent des rendements plombés par la chute des cours en bourse, mais seuls les insiders et les actuaires semblent s’en soucier. Les valeurs de la tant célébrée Nouvelle Economie ont plongé dans les profondeurs de la cote, mais tout le monde semble les avoir oubliées.
Les collectivités publiques n’en sont pas non plus à une contradiction près. Les exécutifs et les parlements travaillent toujours à des projets de libéralisation dont le peuple a plusieurs fois expressément dit ne plus vouloir. Même le parti radical renonce à son programme de privatisations, en complet porte-à-faux avec son appui aux milliards de crédits en faveur de Swissair et aux millions de subsides à la promotion économique et touristique de la Suisse à l’étranger. Les Chambres fédérales mélangent tout et croient relancer l’économie en favorisant les investissements dans l’immobilier, quitte à renchérir les loyers, en récitant le refrain bien connu : quand le bâtiment va, tout va. Au reste, les grands projets de constructions et d’infrastructures publiques sont moins à l’ordre du jour, en dehors du secteur des transports, que les plans de désendettement, les réductions d’impôts, les freins aux dépenses et autres programmes d’économies, le tout en vue d’équilibres budgétaires en parfaite contradiction avec les enseignements de ce cher Keynes. Sauf bien sûr dans le canton de Vaud, qui ne dispose plus des moyens personnels et financiers pour formuler et poursuivre la moindre des politiques cohérentes.
C’est que, dans l’insaisissable conjoncture présente, personne ne semble prendre une vue d’ensemble des affaires, encore moins en avoir la maîtrise générale. Ni la Confédération, ni la majorité politique réputée gouverner le pays, ni l’économie privée et ses managers soi-disant si avisés, lancés dans une incroyable partie de chaises musicales. Alors que les patrons s’éternisaient à la tête d’entreprises dont ils incarnaient la culture, les chief executive officers (les CEOs) actuels sont devenus interchangeables, à l’instar des entraîneurs sportifs, et font des séjours de plus en plus brefs au bel étage d’une société après l’autre, en changeant souvent de secteur d’activité en même temps que d’employeur. Une mobilité coûteuse à tous égards.

Centre vital atteint

Si le désarroi semble général, c’est que les schémas habituels ne jouent plus. D’ordinaire, les crises en Suisse démarrent d’abord en Suisse romande et s’y prolongent davantage qu’Outre-Sarine. Ce qui permet de les minimiser jusqu’au moment où elles atteignent les bords de la Limmat et sont dès lors vivement combattues. Cette fois, Swissair aidant, Zurich est directement, soudainement, durement touchée par les pertes d’emplois en chaîne. L’économie suisse est atteinte en son centre vital. Lequel, certes, a les ressources psychiques et matérielles voulues pour faire face à un tel coup dur, mais ne veut pas en subir seul les effets. Qu’il tient à partager avec le reste du pays. Ce dernier, de plus ou moins bonne grâce, passe à la caisse, par une forme imprévue de péréquation intercantonale et de solidarité confédérale.

Conséquences

Reste à savoir si ce beau geste suffira à sauver la tête et donc l’ensemble. Pour l’heure, les offres d’emplois paraissant dans la presse continuent de diminuer, à Zurich comme à Lausanne (voir graphique). Et les nouveaux chômeurs qui retrouvent du travail ne retrouvent pas toujours les conditions antérieures. Mais de tout cela il faudra bien prendre conscience et reparler. De préférence après les Fêtes. yj

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6334 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6334

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP