Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Savoirs et société: La chance des sciences humaines

Les sciences humaines peinent traditionnellement à se définir, peut-être parce qu’il n’y a pas de sciences réputées inhumaines. Elles revendiquent pourtant un champ d’études et de recherches bien connu : les « humanités » classiques et modernes ainsi que les sciences sociales, dont l’avènement remonte à moins de deux siècles 1.
De surcroît, les sciences humaines peinent présentement à se profiler. Grave handicap à l’ère du marketing triomphant et de l’autopromotion sans complexe. Alors que les sciences commerciales et biologiques jouissent d’un prestige considérable et surfent sur leur indispensable contribution à la croissance économique et au progrès médical, les sciences humaines invoquent sans grande conviction une valeur culturelle et une utilité sociale également difficiles à démontrer.
Pas étonnant dans ces conditions que les sciences humaines se sentent Ð et se trouvent Ð continuellement incomprises, marginalisées, déclassées, par rapport aux sciences « dures » et aux sciences de la vie, favorites actuelles dans les milieux politiques et le monde des affaires.

Doutes et méfiance

Tout le monde pense encore à l’affront subi par les sciences humaines, totalement absentes des dix premiers pôles de recherche nationaux (voir. DP 1457, 11 janvier 2001) et à peine représentées dans les « rattrapages » de ce printemps, dont bénéficient d’ailleurs plutôt les disciplines économiques et sociales. Au point que les sciences humaines, indéniablement renforcées à l’UNIL par les remaniements du « projet triangulaire », ne croient guère à leur chance de toucher le pactole pourtant dûment budgetisé, à la suite du nouveau partage des tâches avec l’EPFL.
Les doutes et la méfiance dominent donc, comme l’a clairement établi un mémorable dossier de Campus, le magazine de l’Université de Genève2. Même si, dans un grand élan de « wishful thinking », l’Académie suisse des Sciences humaines et sociales écrit, dans son programme multiannuel 2004-2007, que « la volonté politique de soutenir ces sciences n’a jamais été aussi forte ».
Ce n’est sans doute vrai que pour la formation, la recherche et les technologies nouvelles, en général. Moins pour les disciplines inscrites au programme des facultés de Lettres, malgré les dénégations répétées dans Vision, le magazine suisse de la science et de l’innovation3.

Savoirs multiples

Et pourtant, un signe fort est donné aux spécialistes des sciences humaines et sociales, notamment par les gestionnaires de l’économie mondialisée et de la politique internationale. Les anthropologues et autres sociologues sont sollicités pour aider à la conquête de marchés étrangers, éloignés par la géographie ou la culture. Les organisations internationales, Union européenne y compris, s’assurent les services de philosophes et de spécialistes des religions. Les historiens et les linguistes pourraient se rendre utiles dans les entreprises et les grandes administrations, qui leur préfèrent les psychologues, les formateurs, à la rigueur les sociologues (des mass-médias, de la consommation, de l’image, de la ville, etc.).
Ce besoin de culture humaniste et sociale, les scientifiques « durs » le ressentent aussi. L’Ecole polytechnique fédérale a toujours eu sa « division blanche » Ð présentement remise en cause comme telle mais non pour son contenu. Et l’EPFL va offrir à ses futurs ingénieurs de vrais cours de branches plus générales, donnés par des professeurs venus des facultés des Lettres et des Sciences politiques de l’UNIL voisine.
ÒPas de techniciens sans culture !Ó titrait récemment Pierre Veya, rédacteur en chef adjoint de l’agefi (éditorial du 25 mai dernier). Juste, évidemment. Une chance pour les sciences humaines ; et, si elles ne craignent pas de rendre leurs connaissances utiles au quotidien, une chance pour la société aussi, qui a tout à gagner à ce que les entreprises et les administrations soient gouvernées par des personnes disposant de savoirs multiples dont elles savent intégrer et pondérer les apports.
Beau défi pour les écoles de cadres : former des managers et des grands commis chez qui on ne verrait plus un Montaigne assassiné, mais un gestionnaire éclairé. yj

1L’avènement des sciences sociales comme disciplines académiques, in Les Annuelles, 8/1997, Lausanne, Editions Antipodes.
2« A quoi servent les sciences humaines ? » in Campus N° 38/juillet-septembre 1997. A voir aussi, plus serein malgré, le dossier « Sciences humaines : crise ou mutation ? », paru dans Campus, N° 51/mars-avril 2001.
3Voir en particulier Vision de septembre 1996 et décembe 1997.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6321 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6321

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP