Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Economie: L’immobilier fait son marché

Un mariage raté, rien de tel pour rendre la famille célèbre. Exactement ce qui arrive au clan des grandes sociétés immobilières, auxquelles s’intéressent pas mal d’investisseurs.

Tout était prêt pour le rachat de Feldschlösschen-Hürlimann-Holding(FHH), société immobilière fort dotée, par le troisième plus grand groupe de la branche immobilière, Swiss Prime Site (SPS). Mais, le 21 mai dernier, le principal actionnaire de FHH, Marc Rich, aidé par plusieurs petits porteurs, n’en a pas voulu ainsi. Le mariage a donc raté, mais les projecteurs, prêts pour la fête, ont continué d’éclairer la famille. Voilà donc le secteur immobilier soudainement devenu intéressant. Pour les commentateurs, pour les investisseurs, et pour les conseillers en placement, qui sont parfois les premiers écrivant pour les deuxièmes.

Processus de tertiarisation

On n’en finit pas de mesurer les effets de la crise des années nonante, en termes de restructurations et de redistribution des cartes. Elle a frappé notamment l’industrie et le bâtiment (existant et à construire), renforçant le processus de tertiarisation, qui n’avait pas besoin de cet encouragement circonstanciel. Résultat: certains groupes industriels ont abandonné leurs activités de production pour se concentrer sur la gestion de leur patrimoine immobilier, augmenté de rachats récents; c’est le cas notamment de la société de construction mécanique Maag ou du brasseur et limonadier de Rheinfel-den (Feldschlösschen, qui avait racheté son ancien concurrent zurichois Hürlimann), rebaptisé Real Estate Group. On se rappelle que “Feld” a vendu récemment au danois Carlsberg son secteur boissons, après l’avoir augmenté de Cardinal, dans des circonstances mémorables.
Autre stratégie, particulièrement en vogue dans les anciennes régies fédérales : on se concentre sur le service principal et identificateur et on acquiert des liquidités en vendant terrains et bâtiments, que les grands groupes immobiliers rachètent volontiers. Swisscom a cédé une bonne partie de son patrimoine à PSP Swiss Property, leader de la branche, et à SPS, troisième derrière PSP et Unique Zurich Airport. Et juste devant Maag et Jelmoli, qui préfère désormais l’immobilierà la vente au détail. La Poste est également vendeuse, tout comme l’UBS, qui vient de remettre quatre-vingt-sept immeubles à Maag et sa tour en plein Zurich à une administration communale désireusede regrouper ses services dispersésdans tout le centre de la ville. On n’en est plus au temps où les bâtiments industriels et les dépôts se muaient en lieux culturels du genre Rote Fabrik à Zurich ou Gas-werk à Berne. Aujourd’hui, les investisseurs, institutionnels (fonds de pension) ou financiers, éventuellement ex-industriels, s’emparent des immeubles et les gèrent en vue d’en tirer un rendement acceptable.

Intérêts pour la branche immobilière

Ce dernier ne fait pas vraiment problème pour les immeubles acquis à bon compte dans le cadre de liquidations, faites notamment par les banques qui s’impatientent de se dessaisir d’objets repris par obligation dans le cadre de faillites, crédits gagés, etc. Mais, dans l’ensemble, la gestion immobilière demeure un métier difficile, dont les profits ne se dégagent qu’à plus ou moins long terme.
Il n’empêche: la branche immobilière intéresse les investisseurs, attirés par des portefeuilles qui ne dépassent encore les deux milliards de francs que dans le cas du leader PSP et le milliard que dans les cinq autres groupes formant le peloton de tête. Tous les grands sont bien sûr alémaniques, sauf Lausanne-Ouchy Holding, qui affichait 21 millions de francs de valeurs immobilières en portefeuille au début avril dernier.

Dans l’immobilier, on travaille à long terme

Pour faciliter le démarrage d’un véritable marché boursier de l’immobilier, l’indice Epra (Europan Public Real Estate Association) vient de faire son apparition, fondé sur l’évolution des titres d’une huitantaine de sociétés actives dans l’investissement et la gestion (mais non dans la construction, trop dépendante de la conjoncture) dans plus de quinze pays de ce continent. Il a progressé de 20 % dans les dix-huit derniers mois, faisant donc nettement mieux que l’ensemble de la cote. Les performances du plus traditionnel indice suisse Lipper sont moins convaincantes. De son côté, la banque d’investissement Merril Lynch propose des ” certificats immobiliers européens “, présentement émis pour 100 euros et courant jusqu’en juin 2008.
La presse économique et financière relaye bien sûr le tout. C’est manifestement la Schweizerische Handelszeitung qui mène le bal en Suisse, avec des recommandations insistantes en faveur des placements dans l’immobilier, expressément destinées à “ceux qui peuvent attendre”.
Dans l’immobilier, on travaille à long terme. Ce qui n’empêche pas la recherche d’un profit moins lointain et l’apparition de la notion de “shareholder value” dans un secteur où elle ne sévissait pas encore.Les locataires n’ont qu’à bien se tenir. yj

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6319 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6319
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP