Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Rappel: Signé Hubert Reymond, ex-banquier

Hubert Reymond : « L’amateurisme n’est plus possible ». Tel était le titre d’une interview aimablement donnée et complaisamment recueillie, parue dans le numéro spécial publié le 25 septembre 1992 par Le Journal de Genève et Gazette de Lausanne à l’occasion de la 79e Journée des Banquiers.
Et le directeur général alors célébré de la Banque Vaudoise de Crédit
(BVCréd) de pontifier : « Je souhaite qu’il y ait une prise de conscience dans la direction et dans les conseils d’administration des banques [régionales] afin que les mesures internes ou externes soient prises suffisamment tôt. Ces mesures sont évidemment difficiles à prendre lorsque la conjoncture va mal. Car on a tendance à ne pas s’analyser suffisamment et à rendre la conjoncture responsable, alors que c’est peut-être la structure qui l’est ».
Ces sages propos n’ayant manifestement pas eu d’écho à la BVCréd, le conseiller aux Etats libéral Hubert Reymond, délesté de la direction d’une banque sauvée pour un franc par la Banque cantonale vaudoise, se retrouve devant un intervieweur nettement moins complaisant, celui de 24 heures du 9 décembre 1993. Mais, un mois après la déconfiture de « sa » banque, la morgue reste intacte : « Ah, qu’il est facile de travailler dans le secteur public ! Connaissez-vous beaucoup de fautifs qui ont été renvoyés ? Quand je vois le coût humain des restructurations dans le secteur privé, je ne suis pas enclin à modifier mon attitude face au secteur public. Je continue à croire que celui-ci doit se restructurer lui aussi, beaucoup plus rapidement, et que l’Etat ne doit dépenser que ce qu’il a. La mésaventure (sic) de la BVCréd m’encourage à continuer dans la voie qui est la mienne ».
Et pour que tout soit clair, Hubert Reymond, qui s’apprêtait à occuper deux ans encore l’un des deux sièges vaudois à la Chambre des cantons, assure ne voir « aucun lien » entre son échec professionnel et son mandat politique. « J’étais conseiller aux Etats bien avant d’être banquier ».
Le problème est bien là : les politiciens se forment sur le tas, les banquiers apprennent et pratiquent un métier. Mais si, comme le disait H. Reymond soi-même, l’amateurisme n’est plus possible, nous savons aujourd’hui qu’il n’est pas condamnable. Comme titrait DP le 24 septembre 1998, six ans après le JdG/GdL : « Innocente incompétence ».yj

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/6290 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/6290

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP