Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Langage: Les mots sont traîtres

Le mot «Romandie» a fait son grand retour lors de la
récente élection au Conseil fédéral. Il fallait, paraît-il, une
candidate de la Romandie et la presse n’a pas manqué d’imprimer ce mot
sur ses titres et ses affichettes. Or, il faut se défier du vocabulaire
car les mots ne sont pas innocents.
Au xixe siècle, la Romandie
n’existe pas. Il est question de la Suisse romande ou parfois de la
Suisse française. Le mot naît dans les années 1920. Difficile d’en
trouver l’auteur. Maurice Porta, écrivain et journaliste à La Gazette
de Lausanne en est un des inventeurs possibles dans un recueil
d’articles, Le pays, publié en 1922. Il cherche à montrer que les
habitants de ce coin de terre ne sont pas français. Il écrit : «Nous
sommes mieux, nous sommes nous-mêmes, la Romandie» et il en profite
pour se démarquer également des Alémaniques.
Un poète admirateur de
Mussolini, René-Louis Piachaud est un autre propagateur du terme dans
ces mêmes années, sans parler d’Alexandre Cingria, peintre et écrivain
dont la renommée n’atteint pas celle de son frère Charles-Albert. En
1942, cet admirateur brumeux de la reine Berthe et du premier royaume
de Bourgogne décrit dans Romandie une race romande formée de gaillards
«aux cheveux châtains, au visage plus vermeil que bronzé, aux traits
réguliers et à la physionomie avenante, illuminée de beaux yeux
marron». On croirait la description d’une vache laitière ! Cette
citation a été exhumée par l’historienne Béatrice Perregaux dans un
article de L’Hebdo en 1996.

La différence et la séparation

Le
mot Romandie a été clairement crée et utilisé dans des cercles fascinés
par le fascisme italien. Il permet, comme le dit excellemment Béatrice
Perregaux, de prendre ses distances avec la France et avec la Suisse.
Ce n’est pas un hasard si Roland Béguelin, le très charismatique
dirigeant du séparatisme jurassien a voulu créer, à l’orée des années
huitante, un «mouvement romand» affublé d’un drapeau, qui resta
heureusement sans lendemain.
Le mot Romandie était peu à peu tombé
en désuétude au profit de Suisse romande qui fait naturellement pendant
à Suisse alémanique. Son retour sur les titres des quotidiens est-il
délibéré ? Les journalistes qui l’utilisent ont-ils cette généalogie en
tête ? Nous n’en sommes pas sûrs. Il se trouve probablement que
«Romandie» claque mieux sur les manchettes que Suisse romande. Mais on
ne gagne rien à ignorer l’histoire. Si les mots ont un sens, alors
«Romandie» indique clairement une séparation avec nos compatriotes
d’Outre-sarine et Suisse romande propose simplement un des multiples
découpages de ce pays. Il est donc évident que Romandie ne doit être
utilisé qu’avec beaucoup de précaution et si possible pas utilisé du
tout ! jg

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5240 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5240

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP