Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Note de lecture: La mémoire sélective

Il est toujours dangereux de traiter l’actualité comme de l’histoire. Une affaire comme celle des fonds en déshérence. est circonscrite par deux dates : juin 1995 lorsque les premières attaques contre les banques deviennent publiques et août 1998, date de ce qu’il faut bien appeler la capitulation des deux grandes banques, puisque la somme versée, 1,25 milliard de dollars, n’a pas le moindre rapport avec une quelconque réalité historique.
Le livre d’Angelo Codevilla, professeur d’histoire à la retraite de l’université de Boston, défend une thèse, celle de la bienveillance du gouvernement américain face à des intérêts privés, en l’occurrence ceux d’un des principaux donateurs du parti démocrate sous l’administration Clinton, soit le congrès juif mondial. Le cas de la Suisse en est ici l’illustration. L’auteur démontre qu’en définitive il n’y eut aucune décision gouvernementale, pas de remise en cause des accords de 1946, ni trace du moindre débat devant le Sénat ou le Congrès, mais la pression d’acteurs locaux, en fait exclusivement new-yorkais, qui utilisèrent la menace de non-attribution à la nouvelle banque Ð résultant de la fusion de l’UBS et de la SBS Ð de la licence leur permettant de travailler à New-York.
Naturellement l’auteur a une vision de la Suisse plus proche de celle de Maurice Zermatten que de celle de Jean Ziegler. Par ailleurs l’affaire des fonds en déshérence s’appuie sur des réalités désagréables dissimulées depuis trop longtemps sous le lisse tapis de la mémoire collective helvétique. Il n’empêche que ce livre partisan met en avant l’insondable médiocrité de nos autorités dans cette affaire, l’absence totale de la moindre stratégie, de la plus petite faculté d’anticipation.
Il risque de s’écouler beaucoup de temps avant qu’un ouvrage d’historien fasse véritablement le point sur cette crise et en tire les leçons. Le sujet est largement tabou. L’opinion autorisée consiste à considérer que le pays a fait un salutaire exercice de mémoire grâce à l’action vertueuse des organisations juives. On parle moins de la capitulation de nos banques et quoi qu’on en dise, de la Suisse elle-même, après une campagne calamiteuse. Tout se passe comme si l’opinion avait décidé de tout oublier dès l’accord signé : fin du cauchemar, passons à autre chose. jg

Angelo Codevilla, La Suisse, la guerre, les fonds en déshérence et la politique américaine, Slatkine, Genève, 2001.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5205 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5205

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP