Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Votations fédérales du 2 décembre: Je désarme, moi non plus

L’initiative du GSSA pour une Suisse sans armée est vouée à l’échec.L’affrontement stérile laisse peu de place à une réflexion pondérée sur la nature de la défense armée.

Faut-il vraiment écrire sur l’initiative du Groupe Suisse Sans Armée (GSSA) dite « Pour une politique de sécurité crédible et une Suisse sans armée » ? Nous allons voter le 2 décembre sur un texte qui propose d’introduire dans la Constitution la phrase suivante aussi simple que définitive : art 59¤1, la Suisse n’a pas d’armée.
Bien sûr, la date de cette votation est une véritable catastrophe pour le comité d’initiative. Déposée en 1999 dans un climat paisible, le vote intervient moins de trois mois après l’attaque du 11 septembre, cette « mère de tous les événements » comme dit le sociologue Jean Baudrillard, dans une ambiance lourde et noire, atmosphère de guerre, d’incertitude et de désarroi. Nul doute que cette initiative sera balayée sans phrases. Elle aurait de toute manière été rejetée, mais le score obtenu aurait, en d’autres temps, suscité de l’intérêt.

Une initiative au texte caricatural

Il y a donc toutes les chances pour que cette votation soit traitée avec une condescendance vaguement énervée. Pourtant la défense nationale et ses évolutions, les orientations d’Armée XXI, l’adaptation aux nouvelles menaces ou les investissements à réaliser, voilà des sujets qui méritent d’être discutés. Si nous utilisions un vocabulaire marxiste, nous dirions qu’il existe une complicité objective entre le GSSA et le Département de la défense et de la protection de la population et des sports (DDPS). Une initiative au texte aussi caricatural permet de s’en tenir à un point de vue moral et confortable, à une discussion sur les principes, ce qui au fond arrange tout le monde dans les deux camps en présence, en permettant d’esquiver toute discussion auprès du grand public sur l’articulation réelle de l’armée avec les réalités du monde d’aujourd’hui et sur sa projection dans le futur.

Des informations défaillantes

Le GSSA devait-il vraiment écrire dans son argumentaire :
« l’initiative [ ?] vise l’abolition d’une institution dépassée qui est un monde d’hommes dans lequel règnent encore l’obéissance aveugle et le mépris de la femme » ? Il nous semble que l’on parle là de l’armée d’il y a trente ou quarante ans. En fait, au-delà des propos polémiques des initiants, on retrouve dans ce texte un trait commun à un certain nombre d’initiatives, un maximalisme exacerbé qui ne laisse d’autres solutions que le refus.
Ajoutons que la Suisse romande pose un problème particulier en raison de la faiblesse insigne de nos médias sur ces sujets. Dans la presse francophone, il n’existe à notre connaissance aucun véritable spécialiste des problèmes militaires ; les enjeux sont rarement explicités ou alors simplement sous l’angle financier. Pourquoi faut-il absolument des nouveaux chars de grenadiers ? Quels vrais arguments en leur faveur et quelle justification contre eux ? Pourquoi les arbitrages se sont-ils faits contre l’achat d’avions de transport qui font cruellement défaut à notre armée ? Cela fait tout de même mauvaise façon de devoir louer des appareils aux forces espagnoles quand on est le pays le plus riche de la planète ou peu s’en faut. La réponse à toutes ces questions reste mystérieuse. Pas d’articles de fond, pas d’informations claires.

Un affrontement d’arrière-garde

Le GSSA et le Département de la défense se confortent l’un l’autre pour maintenir la population en état d’infantilisme : d’un côté un pacifisme plein de bonnes intentions doucereuses et d’une naïveté sans bornes et de l’autre l’achat compulsif de beaux, gros et chers jouets que l’on va admirer dans les cours de répétition et les journées portes ouvertes. La sécurité extérieure de notre collectivité nationale mérite mieux que cet affrontement stérile.
Il est possible que l’existence d’une défense armée au sein d’un groupe humain, même en l’absence de toute menace explicite, relève d’une nécessité anthropologique dont les racines plongent très loin dans les fondements même de l’espèce humaine. Ceci étant admis, il est possible d’introduire de la rationalité dans la réflexion sur la nature de cette défense, la réalité des menaces et les réponses à apporter. Le GSSA et ses initiatives à répétition rendent un mauvais service à la Suisse en escamotant toute vraie discussion politique au profit d’un affrontement stérile sur la morale et les principes. jg

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5193 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5193

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP