Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Retour de vacances: « Je me souviens de Nantes »

Quand LU a quitté Nantes, l’entreprise a laissé des bâtiments industriels à l’abandon. Les voilà réinvestis par des artistes locaux.

«Je me souviens de la plaque Frigor de nos promenades ». C’est ce qu’aurait écrit le George Perec suisse sur ces marques enfouies dans nos souvenirs d’enfance.
En France, le vrai Perec a écrit un « Je me souviens des p’tits LU », ces biscuits fabriqués à Nantes que tous les Français ont croqué un jour ou l’autre, les Petit-Beurre de l’entreprise Lefèvre-Utile, du nom du couple fondateur en 1850 qui transforma ses initiales en marque.

Jusqu’en 1995, une friche industrielle

A Nantes, les bâtiments Lefèvre-Utile sont en pleine ville, au bord d’un canal à côté de la gare. Comme tous les sites industriels urbains, l’entreprise a déménagé hors les murs dans les années septante et une (sans doute) fructueuse opération immobilière a transformé la plus grande partie du site en immeubles commerciaux. Le reste, laissé à l’abandon, est devenu une friche industrielle jusqu’en 1995.
Il est de bon ton, dans nos contrées à la vie culturelle il est vrai fort riche, de dauber sur les grandes villes françaises où, paraît-il, rien ne se passe ou si peu. En fait, nous n’en savons rien, nous nous mesurons à l’aune des grandes capitales, Paris, Londres, Berlin ou New-York et nous ignorons le reste, ces villes qui n’ont pas reçu l’onction de la présence d’un grand et vieux chorégraphe ou d’un opéra dispendieux. Au fond, nous sommes comme un « Parisien » des années cinquante face à la Province. Or, Nantes, justement, est une ville en mouvement.
Depuis 1995, des créateurs ont investi les usines LU, des troupes de théâtres et des plasticiens occupent les lieux. La ville de Nantes rachète le tout en 1997, et évite d’extrême justesse une ultime démolition. Depuis cette date, la municipalité a entrepris une étonnante rénovation des lieux. Baptisé le « lieu unique », respect des initiales, les bâtiments industriels sont ouverts à tous depuis une année. L’architecte Patrick Bouchain a réalisé un étonnant travail pour une somme modique, environ vingt millions de nos francs. Il a respecté les bâtiments et leur aspect déglingué en refaisant, simplement, l’isolation, le chauffage, l’électricité et les sanitaires. L’impression d’inachèvement fait partie de l’esthétique de l’endroit. Une tour d’angle couverte de mosaïques a été restaurée et un immeuble en forme d’entrepôt industriel à l’allure volontairement brutale contenant une salle de spectacles a été collé à l’usine.

Expos et librairie

Un restaurant, une librairie et des salles d’exposition ont pris place à l’intérieur du lieu unique. Une terrasse au bord du canal agrémentée de chaises longues permet de s’y prélasser à la belle saison. Bien sûr, les Nantais ne sont pas les premiers à rénover de vieux bâtiments industriels et à les transformer en centre culturel. Toutes les villes possédant ce genre de patrimoine ont réalisé peu ou prou le même genre d’opérations. Le seul bâtiment industriel présent au centre de Genève, celui des Forces motrices a été transformé en un centre du même type.

Libérée de la tutelle de Paris

L’intérêt de l’expérience nantaise vient de sa place particulière dans le contexte français. Pendant longtemps, nos voisins se sont caractérisés dans leur politique culturelle par leur majestueuse « décentralisation». De leurs bureaux de la place du Palais Royal la bien nommée, les fonctionnaires de la culture distribuaient les subventions et nommaient les directeurs de théâtres et de musées destinés à porter au loin la bonne parole. Le « lieu unique » est une pure initiative locale. Son programme est avant tout orienté vers les artistes de la région, visiblement fort nombreux et inventifs. En comparaison, si la création à Genève et à Lausanne est aussi affaire de décisions locales, la vision de la vie culturelle est beaucoup plus cosmopolite, ce qui correspond d’ailleurs à l’esprit lémanique. Mais un voyage d’été dans la Loire permet de saisir cette nouvelle réalité : les villes françaises sont devenues silencieusement des acteurs autonomes, ce qui ne s’est pas produit depuis fort longtemps, depuis Jacques Cœur au 15e siècle, peut-être. jg

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5181 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5181

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP