Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Note de lectureONG, quelle influence
sur les industries ?

Une posture morale des ONG n’est plus suffisante pour influencer les entreprises. Le dialogue et les contraintes peuvent déboucher sur de nouvelles affaires.

Les éditions universitaires de Fribourg consacrent un ouvrage aux relations des entreprises suisses avec les ONG1. Ce sujet est aujourd’hui bien balisé ; mais un effort de synthèse n’est pas inutile. Il y a sans doute peu de pays où les entreprises font l’objet d’une attention aussi vigilante de la part d’associations.
Il ne serait pas inintéressant de faire la liste des entreprises mises sous « surveillance » par les ONG. Il s’agit presque toujours de sociétés produisant des biens destinés au grand public, ce qui favorise bien sûr campagnes de boycott ou actions spectaculaires. Le secteur de l’armement, où les clients sont généralement des Etats, échappe à cet œil public. Il est vrai que ses salariés sont de haut niveau, bien payés et qu’il s’agit là d’une industrie que l’on ne peut délocaliser dans le tiers-monde.
Il en va de même du secteur de l’aviation civile. Pourtant des actions « citoyennes » auprès de la Snecma, de Rolls Royce et de General Electric, principaux constructeurs de moteurs d’avions seraient largement justifiées. On touche là sans doute une des limites de l’action des ONG. Elles tirent leur force des médias, du grand public que l’on peut sensibiliser et qui, par ricochet, atteint le fournisseur. Elles ne sont guère efficaces auprès d’entreprises aux pratiques plus que douteuses – armement, par exemple Ð mais dont les clients ne sont pas influencés par les associations.
Notre pays présente une particularité qui explique peut-être cette forte présence critique des ONG. Pendant longtemps, la politique extérieure de la Suisse était avant tout au service de l’économie. Et aujourd’hui, les Suisses découvrent qu’une partie de l’étranger voit notre pays à travers le prisme de nos entreprises, ce qui justifie d’autant plus ce regard aigu sur la vie de nos grandes firmes.
Le livre d’Antoine Mach passe en revue les différents secteurs où des ONG sont entrées en conflit et en négociation avec les entreprises. Tout d’abord la distribution de produits alimentaires et de textiles avec la désormais fameuse clause sociale Migros Ð Del Monte de 1983 sur les conditions de production des ananas aux Philippines. Dans le domaine textile, Coop, Migros, Switcher et Veillon ont adhéré à la campagne Clean Clothes sur les conditions de travail à respecter dans les ateliers textiles du tiers-monde.
Dans l’industrie alimentaire, le dialogue s’est révélé beaucoup plus difficile ; il ne s’est même qu’à peine engagé si l’on en juge par les innombrables péripéties des relations entre Canes, dissout en mars 2000 et Nestlé. S’il est aisé de critiquer l’entreprise de Vevey, Antoine Mach ne contredit pas ses interlocuteurs qui lui présentent un Canes arrogant, adoptant une attitude de supériorité morale qui ne contribuait pas à créer un bon climat de réceptivité !
Dans l’industrie pharmaceutique, la méfiance domine. Les demandes principales des ONG vont vers la fourniture de médicaments à bas prix pour les pays du tiers-monde. En Suisse, la Déclaration de Berne est un des observateurs de la pharma. Les initiatives prises par les grandes entreprises sont vues avec beaucoup de scepticisme. Il en va ainsi de la Fondation Novartis pour un développement durable, tenue à distance par le monde associatif.
Un chapitre est consacré aux banques et un autre aux
agences de voyages qui sont placés sous « surveillance » par certaines ONG. Il ne s’agit pas seulement du tourisme sexuel, mais aussi du vieux débat sur l’utilité ou non de se rendre en vacances dans les pays où le débat démocratique est absent. La plupart des ONG ont tranché : il vaut mieux y aller ? mais en gardant l’œil ouvert. Un des chapitres les plus inattendus est celui consacré à l’industrie énergétique. Voilà un domaine, la construction de grands barrages à l’étranger qui, a priori, n’intéresse guère le public. Pourtant la sensibilité existe et les actions sont nombreuses, de la lutte contre les barrages sur l’Euphrate en Turquie aux critiques contre l’ouvrage des Trois-Gorges en Chine. Après une période de méfiance assez longue, ABB est parvenu à nouer un dialogue ouvert avec les ONG. L’entreprise de Baden a d’ailleurs vendu son secteur de construction de grosses turbines pour l’exportation, ce qui a, provisoirement du moins, clos le débat.
La conclusion de l’auteur est claire. Le dialogue entre les ONG et les entreprises, après d’inévitables conflits et malentendus, peut déboucher sur des actions positives. Pour cela il faut que l’entreprise se rende compte, avec parfois l’aide des ONG, que les contraintes supplémentaires peuvent aussi déboucher sur de nouvelles idées d’affaires. Mais les ONG qui se contentent d’une posture morale, peut-être justifiée, mais perçue comme arrogante, n’ont aucune chance d’influencer durablement les grandes sociétés. jg

1Antoine Mach, Entreprises suisses et droits de l’homme, éditions universitaires, Fribourg, 2001.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5178 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5178
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP