Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Etudes de genre: L’homme, de la horde à la société

L’Institut universitaire d’études du développement a consacré un colloque au genre masculin.Les actes viennent de paraître, qui brisent quelques préjugés tenaces.

Dans les pays francophones, la longue lutte des femmes pour l’égalité a conservé des formes fort amènes. Les jeux de la préséance et de la séduction font partie de la vie sociale ; et les récits sur la chasse au harcèlement aux USA nous confortent dans l’idée que ces gens-là, décidément, ne sont que des barbares mal dégrossis.
Il ne serait peut-être pas inutile de se pencher sans mépris condescendant sur ces études de « genre », ces gender studies à l’américaine, qui débarquent en Europe depuis quelques années. Parler du genre féminin est une manière de transformer en programme la fameuse interjection de Simone de Beauvoir : « On ne naît pas femme, on le devient », d’où l’intérêt du colloque sur la construction de la masculinité dont les actes viennent de paraître ; parce qu’après tout, si l’on ne naît pas femme, on ne naît pas homme non plus.

Sexe et nombre

Le vocabulaire marque la différence. Dire d’une femme qu’elle est une femme est une tautologie. Dire d’un homme qu’il est un homme est un compliment. Mais les attributs de ce statut : la force, le courage, l’autonomie ne sont jamais acquis une fois pour toutes ; ils sont le plus souvent inutiles dans le monde moderne et n’ont rien d’un monopole masculin.
Les experts aiment à s’appuyer sur les travaux des ethnologues dans les sociétés sans écriture pour rechercher l’origine des genres. Dans l’une des contributions les plus intéressantes du colloque, le sociologue français Claude Meillassoux remonte plus loin encore. Il rappelle que les mâles sont peu nombreux dans les sociétés animales sauvages (loups, singes) ou domestiquées (bétail) ; ils ne sont là que comme agent reproducteur. Chez la plupart des mammifères vivant en hordes, il n’y a généralement qu’un seul mâle qui chasse ou tue ceux qui menacent sa position.
Pour notre auteur, les mâles humains sont donc surnuméraires et leur comportement agressif et dominateur s’expliquerait en partie par la vague peur de la décimation et de la domestication. L’auteur nous rassure en signalant que même les féministes les plus extrêmes n’envisagent pas l’extermination de 90 % du cheptel masculin de l’humanité. Nous voilà plus tranquilles. Ce genre d’aperçu est bien sûr intellectuellement très stimulant.

Sortir des clichés

La comparaison avec les sociétés sans écriture a au moins le mérite de mettre fin à l’idée encore répandue de la différenciation des rôles liée à la maternité et au sevrage tardif des petits d’hommes, et donc à la nécessité pour les hommes de nourrir leur famille en chassant l’aurochs ou en faisant des affaires. En fait cette description correspond à celle de la famille bourgeoise du 19e siècle dont nous sommes les héritiers, organisée autour de la transmission du patrimoine, de la fixation de l’idéologie du mariage, avec la sanctification de la mère au foyer et la tolérance de l’adultère chez les hommes. Les sociétés les plus en prise avec la nature, celle des chasseurs/cueilleurs comme les Inuits par exemple, sont aussi celles où la différenciation des rôles féminin et masculin est la plus faible.
Quelques aperçus sur la perception de la sexualité font l’objet d’articles fort stimulants. Le titre de celui de Brenda Spencer de Lausanne en résume la tonalité : « La femme sans sexualité et l’homme irresponsable ». L’auteure montre que les campagnes de prévention contre le sida destinées aux homosexuels sont fortement sexualisées avec des descriptions très crues sur les diverses pratiques et les risques afférents alors que les campagnes destinées aux hétérosexuels visent avant tout les femmes qui sont considérées comme les gardiennes des bons comportements avec un accent mis non pas sur la sexualité mais sur l’hygiène et selon une vision très médicale. L’homme hétérosexuel n’est en fait pas du tout une cible pour la prévention. Il est considéré implicitement comme un enfant ou un animal qui ne sait pas se retenir. On aurait aimé de plus longs développements mais l’auteur de genre masculin de cet article ne s’est pas senti très grandi en refermant ce livre ! jg

Quel genre d’homme ? Construction sociale de la masculinité, relation de genre et développement, IUED, Genève, 2000.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5159 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5159
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP