Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Communications: Articulez, on vous écoute

Entre science-fiction et réalité, le système d’écoutes « Echelon » fait parler
de lui.

Le système d’écoutes « Echelon », vous connaissez ? Non bien sûr. Jusqu’en 1998, personne n’en avait entendu parler, jusqu’à la publication d’un rapport du STOA, acronyme anglais de la Commission d’évaluation des choix technologiques et scientifiques du Parlement européen. « Echelon » est un réseau mondial d’interception des communications mis en place par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, la Nouvelle-Zélande et l’Australie. La NSA, une agence américaine « concurrente » de la CIA coordonne l’ensemble. Jusque-là, rien de bien original. L’espionnage électronique a sans doute commencé avec le premier téléphone.

Données à contenu sensible

Mais citons Jean-Pierre Cloutier dans ses chroniques de Cybérie ; selon lui, «Echelon » est « un système de surveillance qui s’étend au monde entier [ ?] pointé sur tous les satellites-clé d’Intelsat utilisés pour transmettre l’essentiel des communications téléphoniques, Internet, le courrier électronique, fax et télécopies dans le monde entier ». Un réseau d’antennes est pointé en permanence sur les satellites de télécommunications, enregistre, décrypte et reconstitue la totalité de l’information transmise. Ce réseau terrestre est complété par des engins en orbite chargés d’enregistrer ce qui aurait pu échapper aux stations terrestres, essentiellement les transmissions de données par voie hertzienne.
Les données sont classées automatiquement dans des bases de données sans aucune intervention humaine. Elles ne sont pas retenues en totalité. Seules celles présentant un contenu « sensible » sont archivées et font l’objet d’une exploitation par des opérateurs humains. Le système fonctionne sur la base de mots clés et ne retient que les transmissions contenant les syntagmes sélectionnés.
Le système « Echelon » est aujourd’hui orienté vers le renseignement économique, mais n’importe quel thème pourrait tout à coup intéresser les commanditaires, de la candidature d’une ville aux Jeux olympiques jusqu’aux communications entre banques des deux côtés de l’Atlantique. On comprend immédiatement pourquoi la Suisse est aussi concernée par «Echelon».
Les faits sont connus depuis dix-huit mois, révélés par le journal italien Il mondo et repris dans Courrier international en avril 1998. Visiblement ce sujet n’intéresse pas, peut-être à cause du côté science-fiction à la limite du crédible de cet incroyable dispositif. En septembre 1998, deux députés européens du groupe des verts et un de leurs conseillers ont présenté sans grands résultats un document à la Commission des libertés publiques du Parlement européen.

Adopter un code de conduite

Ils insistent bien évidemment sur la grave menace pour la liberté individuelle qui existe dès l’instant où monsieur tout le monde peut être espionné. La question est aussi économique. Les entreprises européennes ? non britanniques ne bénéficient pas du système et souffrent donc d’un désavantage compétitif. Enfin, ils posent le problème de la confiance des membres de l’Union à l’égard de la Grande-Bretagne qui, en Europe, profite seule du système. La perfide Albion est de retour !
Le commissaire Bangeman affirma l’an passé au Parlement européen que personne n’avait vraiment de preuves de l’existence d’« Echelon », mais que, après tout, son existence était possible. En avril de cette année, l’action anti-«Echelon », fut relayée aux USA par l’ACLU (American civil liberties union), qui demande au Congrès d’enquêter sur les menaces que fait peser « Echelon» sur les droits civiques. Une cyber-manif a été organisée le 21 octobre sur Internet. Un groupe d’hacktivistes (militants du réseau libre en sabir Internet) a essayé de saturer « Echelon » en échangeant une énorme quantité de messages contenant des mots-clés forcément repérés par le système comme Mossad, Ben Laden, Waco, etc. Cette démarche au résultat inconnu suscite bien sûr le plus grand des scepticismes.
Les députés verts demandent l’adoption d’un code de conduite et d’une législation internationale sur la protection des données. Alors, paranoïa ou réalité ? « Echelon » est-il vraiment ce big brother tapi dans l’ombre ou un système d’espionnage électronique perfectionné, certes, mais tout de même limité dans ses performances ? Le nouveau Parlement doit absolument se préoccuper de ces questions. Mais il n’existe pas encore dans ce domaine en Suisse le réseau associatif et militant qui sert d’aiguillon au politique. Nous avons besoin d’une ATE ou d’une Déclaration de Berne des télécommunications. jg

Les références

Les articles de Jean-Pierre Cloutier sont disponibles chaque semaine à l’adresse :
http ://cyberie.webdo.ch/
Les rapports du STOA sont disponibles sur des sites officiels, mais aussi critiques :
http ://www.cyber-rights.org/interception/stoa/ic2kreport.htm
http ://www.europarl.eu.int/dg4/stoa/fr/publi/166499/execsum.htm
Le rapport des députés verts au Parlement européen :http ://www.ecolo.be/dossiers/
BigBrother/Echelon980922.html

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5113 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5113
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Thématiques

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP