Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Niveaux de formation en Suisse: Du Léman à la Limmat

Les différences de niveaux de formation entre Romands et Alémaniques sont assez connues. Elles sont confirmées une fois de plus par l’étude sur le capital humain de l’Office fédéral de la statistique, datant de 1998. Tout d’abord, les Alémaniques sont plus nombreux que les Romands (82 % contre 77 %) à posséder une formation allant au-delà de la scolarité obligatoire. Ajoutons que 53 % des Alémaniques ont suivi une formation professionnelle (apprentissage, en majorité) ; ce chiffre tombe à 46 % en Suisse romande.
Ces résultats se comprennent très bien si l’on analyse la différence dans la structure économique des deux régions. Nos compatriotes d’Outre-Sarine ont une industrie importante, grosse consommatrice d’apprentissage traditionnel. Le monde de l’industrie permet sans doute aussi d’intégrer davantage de personnes de talent et de qualification modeste, alors qu’en Suisse romande, le CFC d’employé de banque ou d’employé de commerce constitue la voie royale et que les métiers manuels sont moins valorisés. La différence est encore plus marquante pour ce que les statisticiens appellent les formations professionnelles non universitaires, par exemple les écoles techniques. Celles-ci sont fréquentées par 14 % des Alémaniques contre 10 % des Romands.
La situation s’inverse pour les diplômes universitaires : 13 % des Romands de 25 à 64 ans ont un diplôme d’une grande école contre seulement 9 % des Alémaniques. Une comparaison par canton permet toutefois de nuancer ce constat. On trouve le nombre moyen le plus élevé d’années de formation post-obligatoire dans les cantons de Genève, Zurich, Bâle et Vaud. Il existe un effet ville : les citadins suivent des formations plus longues. Comme toujours en Suisse, la réalité ne se réduit pas à des oppositions entre régions linguistiques, même s’il existe une valorisation plus importante du modèle de formation universitaire dans les cantons romands. L’économie très tertiarisée des bords du Léman (banque, assurances, hautes écoles, multinationales ?) est évidemment une très forte dévoreuse d’universitaires. jg

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/5093 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/5093

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP