Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Chômage: Les programmes d’occupation doivent-ils s’étendre au privé ?

Une étude de l’OFIAMT vient de paraître qui permet de donner une première évaluation des effets des programmes d’occupation pour chômeurs : chiffres et commentaires.

Les chômeurs en programmes d’emploi temporaire sont-ils une main d’œuvre à bon marché exploitée par les administrations ? La réalité vécue dément les jugements trop rapides et une étude conduite par l’OFIAMT permet un premier survol helvétique de ce phénomène.

Limites de l’insertion dans les programmes d’occupation

D’abord les constats de proximité. Les emplois temporaires sont fortement utilisés par les services communaux utilisateurs de travailleurs manuels : entretien des parcs ou nettoyage des rues. Loin de constituer un réservoir de main-d’œuvre facile à utiliser, les chômeurs coûtent en termes d’encadrement, de formation et de vigilance accrue afin d’éviter les accidents. Contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la quasi-totalité des emplois nécessitent un savoir-faire qui ne s’acquiert pas forcément rapidement et l’emploi temporaire est limité à six mois, si bien que la motivation n’est pas forcément au rendez-vous. Le Service des parcs de la ville de Lausanne en a tiré la conséquence en réduisant de trente à quinze le nombre des programmes d’occupation selon la terminologie du canton de Vaud.
L’étude de l’OFIAMT montre la difficulté de mettre en adéquation l’offre et la demande. En mars 1997, date de l’étude, 14 000 personnes participaient à des programmes d’emploi temporaire, alors que l’OFIAMT avait prévu un budget pour 20 000 places de travail (Rappelons que l’administration fédérale prend entièrement à sa charge la rémunération des personnes employées). Par contre, 55 000 personnes touchaient des indemnités dites compensatoires, car aucun emploi n’avait pu leur être fourni. Il est vrai que les ORP (Office régionaux de placement) ne sont en place que depuis le début 97 et que leur démarrage est forcément difficile.

Comparaisons statistiques

Les statistiques sur les participants à ces emplois temporaires ne manquent pas d’intérêt. Les hommes avec 61% constituent une forte majorité. Les personnes peu formées sont difficiles à employer : si 40% des participants aux occupations temporaires sont peu ou pas qualifiés, cette proportion monte à 53% parmi les chômeurs qui n’ont pas trouvé de programme d’occupation. Les étrangers sont fortement représentés avec 36% des personnes employées. Par contre la répartition entre les classes d’âge est remarquablement homogène, entre les 18% des 45-54 ans et les 28% des 25-34 ans : la Suisse, comme l’Allemagne, mais contrairement à la France, ne connaît pas la plaie du chômage massif des jeunes.
L’ensemble de cette main-d’œuvre représente moins de 1% de la population active. Mais ces emplois sont concentrés dans le secteur public. Dans certaines communes, le nombre de chômeurs employés à divers travaux représente jusqu’à 10% de l’effectif des fonctionnaires. Cette concentration rend le phénomène plus visible. Une forte disparité cantonale apparaît en fonction du type d’emplois offerts. Dans certains cantons la quasi-totalité des postes sont offerts dans les administrations communales alors que dans d’autres les villes n’emploient pas de chômeurs. Un canton emploie 23% de ses temporaires dans les hôpitaux alors que neuf cantons n’ont personne dans le secteur de la santé. (L’OFIAMT ne donne pas le nom des cantons).

Peu de chômeurs de la santé

Selon les experts fédéraux et en comparaison avec la situation des pays voisins, il serait aisément possible d’augmenter fortement le nombre d’emplois temporaires dans la santé et surtout dans le secteur éducatif. La comparaison avec l’étranger nous semble toutefois délicate. Comparée aux autres pays européens, la Suisse a peut-être relativement peu de chômeurs dans les professions de la santé et de l’éducation.

La responsabilité de l’économie privée

Les emplois temporaires sont concentrés dans le secteur public ou associatif, car ils ne doivent pas faire concurrence à l’économie privée. Cette clause que l’on peut comprendre conduit parfois à des situations absurdes. La ville de Lausanne a eu ainsi l’excellente initiative de mettre un atelier à disposition des chômeurs provenant de professions artistiques. Les créations, parfois d’excellente facture, ont été exposées à plusieurs reprises, mais il était hors de question de les vendre et un fonctionnaire de l’OFIAMT, dont on aime à croire qu’il n’exprimait pas l’opinion de sa hiérarchie, a même demandé que ces œuvres soient détruites… Un certain assouplissement est heureusement intervenu depuis quelques mois.
Ces emplois ont pour but principal d’éviter une coupure entre le chômeur et le monde du travail, mais leur limitation au secteur public nous semble peu justifiée. Au fond, les administrations se dévouent pour favoriser la réinsertion d’employés licenciés par le secteur privé. Il serait logique que les grandes entreprises soient elles aussi mises à contribution. Un système de quota d’emplois de chômeurs devrait être introduit en fonction, par exemple, de la rentabilité de la société. Des abus seraient possibles ? Certainement, mais probablement guère plus que dans les administrations. à l’heure de la globalisation, la participation à l’effort de réinsertion du chômeur local doit faire partie de la responsabilité sociale des entreprises. jg

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4831 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4831

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP