Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Programme de législature: Neuchâtel, un must ?

Le gouvernement cantonal a présenté son programme pour la législature.
Le texte réunit le pragmatisme du présentet le pari d’un avenir meilleur.

Après le tunnel routier sous la Vue-des-Alpes, dont la fonction est aussi pratique Ð permettre l’écoulement de la circulation quelles que soient les conditions climatiques Ð que symbolique Ð relier le Haut et le Bas du canton Ð, voici venu le temps du Réseau urbain neuchâtelois (RUN). Par la vertu d’un métro rapide entre Le Locle, La Chaux-de-Fonds et Neuchâtel, il doit matérialiser une réalité encore inaperçue et insoupçonnée : le canton de Neuchâtel a (aurait) toutes les caractéristiques d’une zone urbaine, la troisième de Suisse romande.
En présentant son premier «programme de législature» que lui impose la nouvelle Constitution cantonale, le gouvernement neuchâtelois a indiscutablement trouvé des accents pour mobiliser les énergies et convaincre la population de sortir de la mélancolie qui l’accable depuis un quart de siècle. Il faut, dit le Conseil d’Etat, transformer nos faiblesses en atouts ; il faut choisir l’audace pour refuser le déclin.
Autant dire Ð et sans la moindre ironie Ð que la lecture du programme de législature est plaisante. Le texte est plutôt bien écrit, ce qui est assez rare pour ce genre d’exercice. Il lance plein d’idées et ouvre des pistes dans lesquelles on serait prêt à s’engager parce qu’elles montrent la voie pour regagner une prospérité perdue (il y a une quarantaine d’années, Neuchâtel comptait parmi les cantons riches ?).

Pouvoir d’achat insuffisant

Le constat principal fait par le Conseil d’Etat est que le canton de Neuchâtel est pauvre parce que les salaires y sont plus bas que dans la majeure partie du pays. Les recettes fiscales, en dépit d’un taux moyen d’imposition plutôt élevé, sont ainsi insuffisantes pour couvrir les dépenses courantes nécessaires et pour financer les investissements indispensables ou souhaitables.
La solution préconisée pour sortir de ce cercle vicieux coule de source : il faut augmenter les revenus et il faut favoriser le développement d’activités économiques du secteur tertiaire qui versent des salaires élevés. Ainsi la masse imposable augmentera et les recettes publiques en feront autant. Le canton, désormais zone urbaine, cessera d’être une région périphérique délaissée. «Travailler à Neuchâtel, écrit le Conseil d’Etat, doit devenir un must et un privilège pour l’ensemble de la Suisse».
Evidemment, une telle inversion de tendance n’est pas que l’affaire d’une législature. L’horizon envisagé est en réalité à dix, douze ans d’échéance. Le gouvernement paraît convaincu, tout en reconnaissant que c’est un pari, que si chacun Ð aussi bien dans le Haut que dans le Bas, à gauche qu’à droite, les employeurs comme les salariés Ð se mobilise autour des idées qu’il préconise, ce changement de paradigme (il y a aujourd’hui des mots auxquels on ne peut échapper !) est de l’ordre du possible.

Le bonheur des perspectives

D’ici là, néanmoins, il y a encore les contraintes du moment. Elles figurent dans le plan financier qui accompagne le programme de législature. Là, on y trouve davantage de coupes (pour éviter que les finances dérapent au-delà du supportable ou de l’admissible) que de largesses. Au cours des quatre prochaines années la fonction publique ne va ni croître (en nombre) ni embellir (en rémunération). L’opulence annoncée reste lointaine.
Sans doute est-ce la vertu, ou la magie, d’un programme de législature – qui en couvre en fait plusieurs – de pouvoir s’évader d’un présent qui comporte des réalités peu encourageantes, pour esquisser un avenir où les conditions d’existence seraient redevenues nettement plus souriantes et amènes. On voudrait bien y croire. On ne demande même qu’à y croire. Mais on peut douter, ou craindre, que la foi ne suffise pas.
Jean-Pierre Ghelfi

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4806 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4806

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP