Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

EVM: Sur le terrain

Alain Bouquet est directeur de l’Etablissement de Béthusy, à Lausanne. Il s’exprime sur les conditions d’application d’EVM.

Pourquoi EVM peine-t-elle à convaincre ?

Alain Bouquet : Nous nous trouvons dans un climat passionnel. De manière générale, le monde de l’école a changé ces dernières années : les familles ont éclaté, les conditions économiques se sont aggravées pour certains, les relations parents-enseignants se sont modifiées aussi. C’est dans ce contexte qu’est née EVM. De plus, pour ne rien arranger, on a subi une restructuration du Département de la formation et de la jeunesse.
Je dirais enfin, et c’est réjouissant, qu’on est aujourd’hui dans un mouvement de délégation de compétences du centre vers la périphérie, c’est-à-dire du Département. Le corps enseignant peut s’approprier l’école qu’il entend proposer aux enfants. Tout cela est passionnant, mais chronophage. Donc honnêtement, pour le moment, l’aspect positif principal d’EVM pour les enseignants, c’est essentiellement la baisse des effectifs.

Le fait qu’EVM soit né dans un contexte d’austérité budgétaire influence-t-il sa mise en place ?

Oui. Vous savez, les enseignants ont été soumis à rude épreuve ces dernières années. Une enquête de pénibilité auprès du corps enseignant a mis en évidence deux demandes : celle d’une baisse des effectifs et d’une augmentation du temps à disposition. La mise en œuvre d’EVM constitue dans les premiers temps une surcharge de travail : elle exige des enseignants l’élaboration d’outils pédagogiques. Et pour cela ils ont besoin de temps.
De plus, pour les enseignants, EVM induit des rôles confus. Qui suis-je, se disent-ils ? Un éducateur, un psychologue, un assistant social ? Mais, et c’est très positif, EVM passe mieux chez les jeunes enseignants que chez les plus vieux. Et je reste persuadé qu’avec la HEP les choses vont encore s’améliorer.

Aujourd’hui se donne-t-on les moyens de mettre en place EVM ?

Les principes pédagogiques d’EVM sont extrêmement nobles. Il faut les défendre. Mais il y a un décalage entre les intentions et le terrain. Je pense aussi que Jean Jacques Schwaab a voulu aller trop vite.

Comment ça ?

Toutes les pièces du puzzle n’étaient pas réunies. On aurait dû se donner un peu plus de temps. Aujourd’hui les erreurs de jeunesse ont été corrigées, c’est vrai, mais elles laissent des traces dans les esprits. Par exemple, dans la précipitation, on ne s’est pas préoccupé de choses essentielles comme de rédiger un cahier des charges pour les enseignants. Et il faut maintenant y travailler sans tarder.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/476 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/476

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP