Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Edito : La fin de l’informulation magique

Même si l’avancée de l’UDC est plus qu’une oscillation des graphiques électoraux, plus que le déplacement d’un chiffre après la virgule, même si l’échelle de mesure est plutôt celle de Richter, il n’y a pas eu un choix d’alternance. L’UDC n’a pas pris le pouvoir. Elle demeure une minorité. Elle n’est pas en mesure de dicter sa loi : ni le bicamérisme helvétique, ni le multipartisme, ni le contrôle référendaire ne le permettent. Même si son succès est impressionnant, ce n’est qu’un succès. Que peut-il changer ?
La première solution serait de traduire la poussée de l’UDC en termes proportionnels. Elle aurait droit arithmétiquement à une plus grande tranche de pouvoir gouvernemental. Un siège de plus au Conseil fédéral. La formule magique serait simplement recomposée et donc reconduite. Solution de facilité parce que la politique n’est pas arithmétique, elle est choix gouvernemental. L’actuel équilibre du 2+2+2+1 est l’aboutissement d’une longue évolution qui commence à la prise de pouvoir totale des radicaux occupant sept sièges sur sept. Cette évolution voit ensuite un partage progressif des responsabilités avec les conservateurs catholiques, puis avec les socialistes, le parti radical se réservant le rôle de pivot central. Or ce rôle de pivot, il l’a perdu.
La formule magique ne peut pas être reconduite après correction arithmétique parce qu’elle reposait sur un contrat tacite. Chacun apporte sa représentativité, celle de son parti, son style personnel, sa capacité de compromis. L’accord gouvernemental, les sept exécutants, l’exécutif, le mettent en musique selon leur talent, leur savoir-faire politique. Aujourd’hui, après le succès de l’UDC, les conditions de cet accord tacite ne sont plus remplies. On va devoir passer du tacite à l’explicite. De l’informulé (l’informulation magique) au formulé. A l’accord gouvernemental. De la formule magique au gouvernement de coalition.
Un accord gouvernemental avec l’UDC, telle qu’elle s’affiche, n’est pas envisageable en l’état, même si l’expérience cantonale, dont celle de Zurich, montre que l’UDC est absorbable dans une logique gouvernementale. Sa xénophobie, son instrumentalisation indigne de la peur de l’étranger sont disqualifiantes pour un parti représentatif du pays. D’autre part, son opposition intransigeante à l’Union européenne s’insère mal dans une équipe qui, même si elle est en position attentiste, doit en permanence négocier avec l’UE.
Si, malgré tout, un accord explicite était passé avec l’UDC, il mettrait en situation difficile le PS. Pour des raisons de principe évoquées ci-dessus. Mais aussi parce que la marge de manœuvre du PS est de plus en plus réduite, alors même que les assurances sociales ne sont pas consolidées.
L’informulé avait l’avantage d’éviter le recours aux mots qui fâchent et divisent. C’était un non-choix. Le gouvernement de coalition va imposer des choix. Ou un gouvernement de droite, faisant une large place à l’UDC, mais que feront les socialistes ? ou un gouvernement centriste, acceptant de prendre le risque de ne pas transposer gouvernementalement le succès parlementaire de l’UDC.
Ce qui rend pessimiste, c’est que le Parti radical et le PDC sont en position d’arbitre, alors que leur défaite électorale les autorise mal à assumer avec force ce rôle. Ils risquent de céder à la facilité droitière, quand le succès de l’UDC exigerait un sursaut et un regroupement pour relever le défi. AG

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4605 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4605

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP