Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Tirer le diable par la quote

L’organisation faîtière patronale, economiesuisse, ayant observé que la croissance des dépenses de l’Etat et des assurances sociales obligatoires (4%, en moyenne sur dix ans) est plus forte que celle du PIB (2,3%), propose de corriger la tendance: mettre la dépense étatique au rythme du PIB. Elle suggère donc, dans un bric-à-brac, des économies qui n’épargnent aucun secteur, même ceux déclarés prioritaires comme la formation; la priorité se traduit simplement par une réduction moins forte que pour les autres !
Inutile de discuter le détail de chaque proposition lancée à la va-comme-je-te-pousse. Un exemple de cette absence de sérieux : «Compte tenu du faible taux de natalité, il n’est pas nécessaire d’augmenter l’effectif des enseignants». Au chapitre de la formation, cette ânerie est présentée comme une proposition principale. Faut-il rappeler que la natalité n’est pas le seul facteur qui détermine la scolarisation, mais aussi l’immigration et le regroupement familial ? Comme employeurs friands de main-d’œuvre étrangère, les patrons l’ignorent-ils ?
Plus essentiellement, le concept de quote-part de l’Etat est discutable dans l’interprétation patronale: plus la quote-part est élevée, moins un pays est économiquement compétitif. Tout d’abord, définie comme l’ensemble des prélèvements obligatoires, elle ne comprend pas – bien qu’imposés par la loi – le deuxième pilier et l’assurance-maladie. Si cette dernière était financée par un prélèvement sur les revenus, versé à une caisse centrale, la quote-part augmenterait, mais la compétitivité nationale n’en souffrirait pas.
Les prélèvements obligatoires, argumente economiesuisse, diminuent la capacité des particuliers à consommer librement. C’est vrai. Mais ils permettent aussi à d’autres (chômeurs, retraités, invalides) d’avoir accès à la consommation. Il y a redistribution. Il faudrait donc démontrer à partir de quel moment cette redistribution est aggravante au point d’entraver la dynamique économique. Pour les entreprises aussi, l’analyse patronale mériterait d’être moins sommaire. Certes, elles supportent des charges qui alourdissent les coûts de revient, mais elles bénéficient aussi du pouvoir d’achat ainsi généré, de même que beaucoup d’entreprises profitent directement de la dépense publique. Certes, elles sont soumises à l’impôt sur les bénéfices. Mais le vrai problème fiscal pour leur compétitivité est la manière dont le fisc permet de transformer leurs investissements, leurs frais de recherche et de développement, en amortissements. En ce domaine il est compréhensif. La compétitivité n’est donc pas freinée par l’impôt, qui ne touche que le bénéfice distribué. Mais l’idéologie dominante tend à faire croire que les dividendes et la cotation boursière sont les seuls signes de la compétitivité.
Il y a certes, en Suisse comme ailleurs, un problème d’équilibre des finances publiques et du régime des assurances sociales. Il mérite d’être traité pour lui-même. La Confédération s’est d’ailleurs dotée d’un frein aux dépenses voulu par la droite. Introduire la notion floue de quote-part – celle de la Suisse est d’ailleurs basse en comparaison internationale – c’est vouloir escamoter d’autres facteurs, notamment la démographie, c’est-à-dire la partie humaine de l’ensemble social. AG

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4517 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4517

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP