Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Economie: Les fausses missions du secret bancaire

La contribution à la prospérité cantonale des banques et assurances est analysée par l’institut Créa. Un plaidoyer en faveur du secret bancaire.

La Fondation Genève Place Financière et l’association Vaudoise des Banques ont confié à l’Institut Créa un mandat d’étude sur l’importance et le rôle dans l’économie nationale et cantonale des banques et assurances.
Les résultats de l’analyse sont parlants, quoique sans surprise. La place financière genevoise crée 25,7 % de la valeur ajoutée produite par l’économie genevoise, 9,3 % des emplois et 27,7% du rendement de l’impôt fédéral direct frappant le bénéfice et le capital des sociétés anonymes. Les chiffres vaudois sont moins spectaculaires, mais l’apport est tout de même d’importance, notamment grâce aux assurances : 11,2 % de la valeur ajoutée, 6,2 % des emplois et 45,8 % du rendement total de l’impôt fédéral direct sur les sociétés anonymes.

L’argument systémique

Les auteurs eux-mêmes s’étonnent de ce dernier chiffre, qu’ils accompagnent d’un point d’interrogation. A-t-on au Département des finances une explication ?
Cette contribution à la prospérité valdo-genevoise étant posée, les auteurs, Jean-Christian Lambelet et Alexander Mihailov, s’expriment sur la manière de maintenir cet avantage. Il ne se traduit pas seulement en termes d’impôts ou d’emplois, mais aussi à l’échelle suisse par des taux d’intérêt à long terme particulièrement avantageux qui rendent plus supportables les investissements publics et favorisent les investissements privés.
Pendant longtemps a été donnée comme explication l’appréciation constante du franc suisse face aux autres monnaies. Mais l’explication ne joue pas si l’on se réfère au dollar. D’une manière générale l’inflation a été jugulée en Europe qui n’est secouée par aucune instabilité politique inquiétante. Les auteurs ne voient donc qu’une explication : l’importance du secret bancaire et le refus d’une entraide administrative dans les cas ordinaires d’évasion fiscale.
A côté de la traditionnelle justification du secret bancaire, brandi face à l’Etat au nom de la défense de la personne privée, ils ajoutent un argument dit systémique. Qu’est-ce qui peut empêcher les Etats nationaux de dériver vers des fiscalités spoliatrices ? La crainte que les capitaux fuient vers des sanctuaires fiscaux. Et ce serait dans l’intérêt du monde libéral que la Suisse joue ce rôle salutaire : empêcher que les fiscalités étrangères ne deviennent confiscatoires.
Rien ne prouve pourtant que les fiscalités étrangères évoluent dans cette direction. Et au nom de quoi la Suisse s’érigerait-elle en juge des politiques nationales ?
Si elle se donnait cette mission don quichottesque, elle ne pourrait être crédible que si elle n’y trouvait pas un intérêt égoïste et, en termes de relations internationales, déloyal.
C’est méconnaître aussi le sens de l’Union européenne. De l’extérieur, elle peut être à tort perçue comme menant une politique de grande puissance. En réalité elle est composée d’Etats de droit ; elle s’est dotée des instances de recours qui créent une jurisprudence commune, corrigeant les écarts nationaux. Au nom de quel solitaire orgueil la Suisse s’instituerait-elle elle-même en juge des abus ? Elle ne tolère sur son territoire pas de « juges étrangers », est-ce pour se proclamer, s’autoproclamer, juge des politiques nationales étrangères ?
L’importance de la place financière suisse nous tend un piège. Non pas celui de défendre un acquis, mais celui d’inventer une mission (à nous attribuer par qui ?) d’avoir à corriger (en prélevant notre denier) les injustices des Etats du monde et de l’Europe. C’est le début de l’égarement. ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4493 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4493

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP