Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Gestion de l’eauLe service public exportable

Les compétences et le savoir-faire des services publics suisses devraient être présents
sur le marché mondial de l’eau.

Déroutant pour celui qui croit à l’adéquation des idées toutes faites : les Français portés par tradition historique ou conviction idéologique à confier à l’Etat les grands services collectifs, n’ont pas communalisé la gestion de l’eau. Ce service est concessioné à de grandes sociétés. L’attribution des concessions a même dégénéré parfois en affaires de corruption à grand scandale. En revanche on n’imagine pas en Suisse, pays de bisses et de fontaines publiques ornées de sculptures, que l’eau ne soit pas affaire commune, payée par les consommateurs à prix coûtant.
Dans les collectivités locales, se sont constituées des équipes d’ingénieurs, de techniciens bien formés dans les Hautes Ecoles et porteurs d’un incontestable savoir-faire. Qualités mises au service exclusif des besoins locaux et régionaux. Or la gestion de l’eau, sa production, sa récupération, son épuration est devenue un marché mondial du savoir-faire. Et sur ce marché, on retrouve, performantes, les grandes sociétés françaises comme Vivendi qui ont d’abord développé leur maîtrise avec les grandes villes françaises.
La Suisse est absente sur ce marché. Peut-être des fournisseurs comme ABB sont-ils associés à de grands projets ? D’autre part, les organisations non gouvernementales sont présentes sur le terrain villageois. Swissaid, Helvetas dans leur bulletin font de ces puits creusés, de ces fromageries construites, de petits récits épiques. Et dans ce recensement n’est pas oublié l’investissement de la Coopération technique suisse qu’alimente le budget fédéral.
Mais entre les mégalopoles et les villages de brousse, himalayens ou d’altiplanos, il y aurait des occasions sur le marché mondial et même européen de mettre en valeur le savoir-faire des ingénieurs et des ouvriers des villes suisses.
On pourrait donc imaginer une coopérative, regroupant à l’échelle suisse des compétences tirées des équipes des services publics locaux, qui serait apte, sur le marché mondial de la gestion de l’eau et de l’épuration, à concourir pour mener à bien et à prix coûtant des projets.
Une coopérative de cette nature aurait un double but. Celui de faire circuler, à l’échelle mondiale, des compétences et une expérience, sans charité mais dans un esprit concurrentiel de solidarité, et d’autre part de confronter hors monopole des responsables de nos services publics aux exigences mondiales, de les sortir de leur réussite locale. Le service public, en ces domaines, ne pourrait que gagner en rayonnement, et ajouter à ses qualités, celle d’être exportable. ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4457 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4457

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP