Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Différence: Le handicap est-il socialement réductible?

A l’initiative de Pro Infirmis s’est tenue à Lausanne avec la participation de chercheurs français et canadiens une journée d’exposés et de débats sur la définition et par conséquent sur le traitement, au sens large du terme, du handicap. Les participants, nombreux, étaient des professionnels de l’action sociale. Mais le sujet dépasse le champ des spécialistes. Il met en jeu aussi bien l’éthique que la politique. En Suisse, une initiative populaire et l’interprétation des droits sociaux de la nouvelle constitution exigeront la participation de chaque citoyen. Plus encore, au-delà des mesures pratiques sont mis en cause les standards dominants de la vie sociale.

Les hôtes étrangers parlant à Lausanne du langage définissant le handicap à travers l’histoire n’ont pas cité l’apport régional, faisant dériver de « chrétien » le mot « crétin ». Dans les régions alpines, souvent carencées en iode, existait à l’état endémique un syndrome d’hypothyroïde. Les crétins étaient considérés comme marqués par Dieu ; c’étaient des innocents, des simples. Avant d’être repris par le vocabulaire médical classique qui a forgé le concept du crétinisme, le mot connut une célébrité qui fit scandale à la suite de l’article de d’Alembert dans l’Encyclopédie de Diderot attribuant aux Valaisans, non sans mépris, l’exclusivité de cette infirmité. Le siècle des Lumières et ses acteurs connaissaient encore des limites dans la reconnaissance de l’égale dignité humaine. Aujourd’hui la médecine sait soigner l’insuffisance thyroïdienne, mais le mot subsiste, carrefour d’interprétations d’une infirmité : vision de surnaturel, ou de fraternité (lente à s’imposer) ou de pathologie guérissable.

Le handicap environnemental

Vous êtes sujet au vertige. Pas grave ! C’est une simple limite. L’aptitude à la varappe ne fait pas partie des standards sociaux. Mais, si le destin au 15e siècle vous avait destiné à être porteur dans les Andes, vous auriez été un handicapé. En conséquence, la dimension environnementale est déterminante dans la définition du handicap. Une incapacité peut se heurter à un obstacle ou être annulée par un « facilitateur ». Les chercheurs refusent donc que le handicap soit enfermé dans des classifications purement médicales, comme celles produites par l’OMS. Il y a toujours interaction avec l’environnement. Il faut le souligner pour obtenir, politiquement, une adaptation des facteurs environnementaux. Ils ont certes un coût social. Mais c’est la dignité éthique d’une société de les assumer, en récusant l’eugénisme ou le darwinisme appliqué, abusivement aux phénomènes sociaux Ð ainsi s’exprime la tentation ultra-libérale.

Autres interrogations : aller et retour

La réflexion sur le handicap débouche plus largement sur une mise en question de certains standards sociaux. Ils ont accompagné à travers les légendes, les mythes ou l’histoire la mise en exergue de modèles : le plus souvent celui du chef et du héros, celui qui tire ou comprend plus vite que les autres, celui qui supporte mieux l’alcool, etc… A partir de quand, ces projections définissent-elles un handicap chez ceux qui sont inaptes à s’en accommoder ? Par exemple, l’inaptitude à conduire une automobile, est-ce un handicap ? Ou l’inaptitude à l’amour hétérosexuel ? A partir de quand la société est-elle légitimée à faire de telle ou telle habitude de vie une règle rejetant de fait moralement ceux qui ne veulent ou ne peuvent s’y adapter ? Laisser cette question en permanence ouverte doit être un stimulant social. La réflexion sur le handicap est une des entrées critiques premières.
Dans cette perspective, question en retour, les handicapés doivent-ils s’organiser pour reproduire certaines compétitions, comme celles de l’Olympisme (citius, fortius, altius) glorifiant des standards dominants ordinaires et par là même les confortant ? Il y a pourtant une différence fondamentale entre la volonté légitime d’accéder à des domaines apparemment inaccessibles, comme par exemple le ski pour un aveugle, et la glorification par les handicapés eux-mêmes de compétitions dont l’esprit est le rejet des moins aptes.
L’autre question, grave celle-ci, est celle du handicap non pas physique, mais psychique. On perçoit chez les chercheurs une réticence à l’aborder. Car si les facteurs environnementaux ont là aussi leur importance, ils ont leurs limites si des conditions de comportement, celles de la règle commune, ne sont pas réunies. Certes, dans le débat de Lausanne, Charcot ou Foucault furent cités. Mais plus pour renvoyer à une histoire de la médecine et à la médecine psychiatrique qu’à une interrogation du même type que celle suscitée par le handicap physique. Souhait que ce sujet, le plus angoissant, soit aussi abordé de front. ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4404 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4404
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP