Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Paradis fiscaux: Bon dans la catégorie suspect

Le Forum de stabilité financière, instauré par le G7, a publié sa liste et sa classification des paradis fiscaux. La Suisse y figure, mais avec une bonne note. Même si son système de régulation est considéré comme de « bonne qualité », il n’est pas honorable d’être catalogué dans la liste où figurent le Liechtenstein, Antigua-et-Barduba, les îles Caïmans ou les îles Vierges.
En fait, comme le faisait remarquer le procureur de Genève Bernard Bertossa, peu suspect de complaisance, la Suisse ne présente pas les caractéristiques qui, cumulées, font le paradis fiscal (Le Monde, 23 mai 2000). Le régime fiscal y est correct, sous réserve de l’imposition forfaitaire des étrangers sans activité lucrative et du régime de certains types de sociétés-boîtes-aux-lettres ; la coopération en matière pénale est pratiquée, même si certains recours retardataires peuvent la ralentir, enfin la Commission fédérale des banques ne tolérerait pas des sociétés écrans déployant des activités financières. Mais alors ? Notre réputation est liée à l’extension de notre secret bancaire ou plus exactement à notre législation fiscale qui refusa d’attribuer un caractère pénal à l’évasion fiscale, ce qui ne permet pas de lever le secret bancaire à la demande des juges étrangers, même quand ils sont originaires de pays offrant toutes les garanties d’un Etat de droit. Pourtant Bertossa, après avoir refusé que l’étiquette « paradis fiscal » soit collée à notre pays, peut légitimement ajouter :
«Cela dit, je ne suis pas d’accord avec le fait qu’en Suisse l’évasion fiscale ne soit pas réprimée pénalement. Il faut savoir si, oui ou non, l’évasion fiscale est tolérable en tant que telle. Cette pratique reste un vol, et il n’est pas admissible que ce procédé ne soit pas sanctionné autrement que d’une manière administrative. L’évasion fiscale est une infraction contre le patrimoine de l’Etat, de la communauté ».
Quant aux Etats croupions de l’Atlantique ou du Pacifique, le monde financier même honorable ne craint pas de les utiliser. L’ancien procureur Bernasconi déclarait qu’il n’avait jamais instruit une affaire sans que, à un moment ou un autre, ces « paradis » n’apparaissent. Ce qui n’empêche pas les grandes banques suisses d’y installer des filiales, comme leurs concurrentes européennes ou américaines. ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4377 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4377

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP