Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Conditions de travail: Le refus du syndicalisme aux fonderies de Moudon

Une récente interview de l’Événement syndical révèle des conditions de travail et de rémunération d’un autre âge.

Il y a une cinquantaine d’années, la fonderie Gisling quittait Lausanne et le chemin du Vallon où elle était installée. Elle avait besoin de nouveaux espaces. Elle choisit Moudon.
L’entreprise, bien visible en contrebas de la route cantonale, a connu, dans le renouvellement de son personnel, les vagues successives de l’immigration. Aux manœuvres de Moudon, qui refluaient de l’industrie du bois et du bâtiment, ont succédé les Espagnols, puis les Turcs. Moudon recense 30 % de population étrangère.

Les attentes de la convention collective

Les conditions de travail dans une fonderie sont particulièrement éprouvantes : bruit, poussière et, en été, chaleur exceptionnellement lourde. Le patron des années cinquante, devenu notable local, se disait ouvert aux idées sociales ? sauf qu’il ne voulait pas entendre parler d’une présence syndicale dans son entreprise. Depuis, la fonderie, en difficultés, a été reprise par le groupe Von Roll et l’on pouvait penser que le refus d’une participation syndicale était dépassé ÐÊd’autant plus les entreprises alémaniques du groupe Von Roll, à une exception près, sont toutes soumises à une convention collective. Mais pas à Moudon.
Le responsable du comité d’entreprise, interrogé par Pierre Girardet pour l’Événement syndical (17.11.98) souligne les avantages qu’apporterait la convention collective. C’est édifiant.
« L’adhésion à la CCT va nous apporter une série d’améliorations. Au niveau du treizième salaire, par exemple, qui n’existe pas chez nous ; au niveau des heures de nuit et des heures travaillées en équipes, qui ne sont pas payées selon la convention ; au niveau de la durée des vacances et également du temps de travail hebdomadaire. Actuellement, à Moudon, on travaille 41 heures par semaine. C’est sûrement parce que les Fonderies ne voulaient pas réduire le temps de travail qu’elles ont toujours refusé de signer la convention. Mais je crois que les choses changent. Il me semble que la direction est prête à entrer en matière à ce sujet.»

Pressions multiples sur les ouvriers

» C’est sûr que la pression sur les gens a augmenté. On nous demande de venir travailler le samedi matin ; les heures de nuit se multiplient, comme l’hiver passé, parce que, pendant la nuit, l’énergie coûte moins cher ; les gens apprennent une semaine à l’avance quels seront leurs horaires ; le travail de nuit n’est pas rémunéré selon la CCT, etc. Les collègues en ont un peu marre. Ils ont l’impression d’être mis sous pression. C’est aussi pour cela qu’ils veulent que l’entreprise signe la convention. Il y a tout de même un minimum de règles que l’entreprise devrait respecter. C’est ce qu’on attend de la CCT. »
» Concernant les salaires, la situation n’est pas brillante non plus. Cela fait six ans que nous n’avons reçu ni augmentation ni indexation. J’ai calculé qu’en moyenne nous avons perdu durant cette période 17 % de pouvoir d’achat. La seule concession que nous avons obtenue l’année dernière, c’est que les salaires inférieurs à 3000 francs soient relevés à ce niveau. J’espère que cette année il y aura moyen de discuter. Nous allons demander une hausse de 3 %, ce qui n’est vraiment pas un luxe. Et puis l’entreprise marche bien. » ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4283 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4283

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Les auteur-e-s

Les articles

Les publications

Le Kiosque

A propos de DP