Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Marchés financiers: La bourse et l’UBS

Il y a une complicité profonde entre la bourse et les médias : toutes deux se nourrissent d’émotionnel et d’instantané. Ainsi la baisse de la bourse et plus particulièrement du titre UBS font les titres, déformants. On chiffre par exemple la perte de l’AVS, alors qu’elle est une institution qui a la pérennité pour elle et qui est en mesure, par définition, d’attendre un redressement des cours. Car ce qu’on nous présente sur un ton de catastrophisme, c’est l’effacement des gains de l997. Il y a beaucoup de salariés qui ne gagneront pas plus au 31 décembre qu’au 1er janvier. Personne n’en fait des titres. Pourquoi une fortune en actions qui n’aurait pas enregistré de plus-values en 1998 mérite-t-elle un lamento public ? De surcroît, jusqu’au 1er janvier 1998 a été enregistré, de manière continue depuis 1985, un enrichissement prodigieux du capital action des bourses suisses. 280 milliards pour la seule année 1997. Alors faut-il pleurer si, après une année aussi forte, la bourse ne « donne » plus ?
Il est vrai que les yeux sont secs pour les déboires de l’UBS. La course au gigantisme, aux restructurations décidées à la hussarde, aux suppressions d’emploi, au rendement à tout prix ne rend pas indulgent. Comment refuser des crédits à une entreprise locale à risques quand on prend, inconsidérément, de tels risques dans la gestion de ses fonds propres ? Cette remarque élémentaire, on l’entend partout. Elle pose une question de fond. L’UBS peut-elle être à la fois la première banque de gestion de fortune du monde et une banque suisse, au service de son économie, de ses petites entreprises, démarchant une clientèle modeste ? Le grand écart est difficilement supportable. De surcroît il expose le pays à des dangers en cas de déconfiture sur les marchés extérieurs.
Le nouveau patron de l’UBS aura ce choix à faire : séparer la banque au service de l’économie nationale de la banque internationale, leader de la gestion de fortune qui devrait prendre appui aussi sur des pays financièrement et diplomatiquement forts. ag

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/4260 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/4260

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP