Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste du 31 octobre 1963 au 24 juin 2021
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Après 58 ans, Domaine Public a cessé de paraître. Ce site ne publiera plus de nouveaux articles et est en cours de transformation pour présenter l'histoire et les archives du journal.

Vieil homme, entre fragments de vie et posture d’éditeur

Le vieil homme et le livre de Michel Moret, fondateur des Éditions de l’Aire, ajoute un chapitre au récit de son existence et aux débats sur un métier… déterminant

Photo © Éditions de l'Aire (détail)
Photo © Éditions de l'Aire (détail)

Michel Moret, né en 1941, a fondé en 1978 sa maison d’édition à Vevey, en Suisse romande, les Éditions de l’Aire, toujours actives aujourd’hui. Il avait publié il y a vingt ans déjà avec Feuilles et racines un premier volume de souvenirs à partir de son métier d’éditeur, une saga poursuivie en 2007 avec Beau comme un vol de canards puis avec Danser dans l’air et la lumière en 2009, avec Rêver et travailler en 2017. Il la complète aujourd’hui avec ce nouvel ouvrage, Le vieil homme et le livre, le cinquième tome donc de ses mémoires d’éditeur.

Ce métier, ou ce «rôle» d’éditeur, s’il ne s’improvise pas, n’est toutefois pas un véritable métier, et cela même s’il s’avère «extraordinaire», fort complexe et inévitablement pluridisciplinaire dans sa pratique. Il vient en effet s’insérer comme un maillon indispensable entre l’auteur et le libraire, afin d’assurer un «produit» de qualité au lecteur, sans autoédition, reconnu et homologué officiellement avec un numéro ISBN et géré par un ou plusieurs diffuseurs.

L’éditeur assume en effet cette part de risque inhérente à toute publication: ce que je décide d’éditer va-t-il se vendre, c’est-à-dire trouver son public auprès des libraires qui l’accueilleront et le mettront dans leur vitrine, virtuelle ou non ?  C’est toujours une forme de loterie. 

Dès lors, la tentation demeure très grande, pour l’éditeur, de développer durant son activité éditoriale une certaine frustration inconsciente après avoir mis sur le marché du livre une cohorte impressionnante de jeunes ou de moins jeunes écrivaines et écrivains reconnus ou débutants et qui, sans son intermédiaire, seraient demeurés dans l’ombre. 

Il risque dès lors de succomber à ce «ressentiment envieux», selon une formule de Pierre Bourdieu – dans Esquisse pour une auto-analyse, 2004 – et tenter d’écrire à son tour ses mémoires d’éditeur, mais qui, sur le plan littéraire, ne parviendront jamais à lui enlever son étiquette d’éditeur, soit plus de mille cinq cents titres publiés pour les Éditions de l’Aire.

L’éditeur qui décide ainsi de passer dans le camp des auteurs y parvient avec plus ou moins de bonheur ou de succès. Il le fait en général pour raconter ses propres expériences et sa vie professionnelle. C’est cela qu’avait déjà réalisé en 1969 l’avocat genevois Edmond Buchet, celui qui fut le patron des Éditions Buchet-Chastel de 1935 à 1968, avec son ouvrage intitulé: Les auteurs de ma vie, ou ma vie d’éditeur.

«Mes auteurs, c’est-à-dire ceux avec qui j’ai senti dès les premiers contacts des affinités instinctives, je les ai non seulement lus et relus, j’ai assisté à leurs créations, autrement dit à leurs naissances successives, j’ai été leur premier lecteur, leur premier critique, parfois même leur correcteur, leur collaborateur. Lié à eux non seulement par des contrats, mais par toutes sortes d’intérêts où le matériel et le spirituel se mêlaient parfois au point de se confondre, je suis devenu leur ami, j’ai connu le vrai visage qu’ils cachaient sous les masques qu’ils s’étaient fabriqués, je les ai vus dans les coulisses de ce théâtre permanent qu’est la vie littéraire, arrogants ou désarmés, presque toujours écorchés.» 

Michel Moret sera certainement en plein accord avec ce témoignage. Toutefois, son «vieil homme» évoque plutôt et surtout, sur une centaine de pages, ses très nombreux voyages, ces «fragments de vie» ou sa Découverte du monde à la façon de C.F. Ramuz, mais toujours en relation avec ses propres lectures et les auteurs de sa vie. Ainsi, ce Chant du monde de Jean Giono, qui l’a poussé à créer une collection de grands classiques sous ce titre.

Ce petit livre de Michel Moret, serein et plein de lumière, se laisse lire d’un seul trait.

Michel Moret, Le vieil homme et le livre, Éditions de l’Aire, avril 2021.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!
logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/38955 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/38955

Thématiques

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP