Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963
Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant, différent, réformiste depuis 1963

Pour ne manquer aucun article

Recevez la newsletter gratuite de Domaine Public.

Pandémie et climat, combat décalé

Covid-19 et ses conséquences rejettent dans l’ombre les urgences relatives à l’impact du modèle économique sur le réchauffement climatique. Éclairage

La pandémie monopolise toute notre attention, au point de reléguer le réchauffement climatique au second plan. Or la réduction des émissions à effet de serre n’est pas moins urgente que la lutte contre le virus, bien au contraire. Le temps nous est compté pour éviter des déséquilibres qui pourraient s’avérer irréversibles et provoquer des dommages humains et naturels autrement plus graves que la Covid-19. Mais pour gagner en efficacité, la politique climatique se doit d’éviter les demi-mesures telles celles prises contre la pandémie sous le fallacieux prétexte de sauvegarder l’économie.

Alors que nous fêtons les cinq ans de l’Accord de Paris, ratifié par 195 pays, la Suisse ne manque pas d’ambition si l’on se réfère aux objectifs visés. En août 2019 déjà, le Conseil fédéral s’est prononcé pour la neutralité climatique dès 2050, à savoir le renoncement aux énergies fossiles. Et les scénarios sont nombreux à dessiner les trajectoires qui devraient nous conduire à cette neutralité par le biais du développement de l’efficacité énergétique et des énergies renouvelables. Selon ces scénarios, l’objectif du gouvernement est réalisable tout en assurant la sécurité de l’approvisionnement énergétique.

Le climat à grandes enjambées

Pourtant les mesures prises aussi bien pour accroître la part des énergies renouvelables que pour optimiser les économies et améliorer l’efficacité énergétique ne permettront pas d’atteindre la décarbonisation complète d’ici 30 ans. Le journal en ligne Infosperber a notamment pointé le rythme très insuffisant du développement de l’électricité photovoltaïque et les prévisions trop optimistes quant au rôle de l’hydroélectricité. Et la timide loi sur le CO2 (DP 2090) ne suffira pas à franchir l’étape intermédiaire de 2030 (réduction des émissions de CO2  de 50 %).

Le Conseil fédéral n’est pas seul à tenir pour réalisable la neutralité climatique en 2050. Des experts le pensent également, mais ils en précisent les conditions. Pour le climatologue Reto Knutti et le physicien Christophe Ballif, plus la transition énergétique se fait attendre, plus elle coûtera cher. Mais cette transition doit se décliner en étapes qui éclairent le chemin à parcourir. À titre d’exemple, le PSS a élaboré un «Plan Marshall pour le climat» préconisant des mesures et leur financement ainsi que des échéances. 

Par ordre d’urgence, il s’agit de développer à marche forcée le photovoltaïque, comme l’a fort bien exposé Roger Nordmann dans son livre «Protéger le climat grâce au solaire». Rattraper le retard helvétique en exigeant la pose de panneaux pour toute nouvelle construction; imposer des travaux d’isolation pour les constructions existantes avec mise à disposition de prêts remboursables au rythme des économies de chauffage ainsi réalisées; fixer des délais pour la disparition des installations de chauffage à combustible fossile et les véhicules à moteur thermique, comme l’ont déjà fait le Danemark, la Norvège et l’Allemagne. Ces étapes clairement précisées se révèlent indispensables pour planifier l’action des acteurs concernés.

Une pesée d’intérêts bien rudimentaire

Pourtant la pandémie constitue la priorité absolue du Conseil fédéral. Dans la présentation de ses objectifs pour 2021, il ne consacre que quatre lignes au climat. La fédération economiesuisse se montre également préoccupée par le coronavirus, mais compte sur les vaccins pour provoquer un effet de rebond qui va relancer la croissance. Pas un mot par contre de l’impact du modèle économique actuel sur le réchauffement climatique. Alors même que la crise sanitaire pourrait être l’occasion d’attaquer de front les conséquences du virus et la crise climatique.

Malheureusement la gestion de ces deux crises obéit à des règles qui contrecarrent leur résolution. Toute mesure doit être économiquement supportable et respecter le fédéralisme. On en voit les effets néfastes à propos de la Covid-19. Pour sauver la saison hivernale, on renonce à fermer les remontées mécaniques, au risque d’affronter une troisième vague ou même de faire perdurer la deuxième. Les cantons scrutent les statistiques de la contamination et profitent, dans le désordre et à la moindre accalmie, de rouvrir les cafés et autres lieux propices à la diffusion du virus. Ueli Maurer s’est clairement exprimé en évoquant une pesée d’intérêts qui assume les atteintes à la santé publique.

Même approche à propos de la politique climatique, d’autant plus facile à justifier que ses effets ne sont pas immédiatement perceptibles. Réduire les émissions certes, mais à condition que l’économie n’en souffre pas. Pousser l’énergie solaire, mais dans le cadre des crédits disponibles. Rénover le domaine bâti, mais en laissant la main aux cantons.

Des économistes ont beau montrer que seules des mesures fortes susceptibles de maîtriser l’épidémie sauveront l’économie, rien n’y fait. Le court terme et les intérêts sectoriels donnent le ton. La démonstration vaut également pour le climat. Agir au plus vite en réglementant et en investissant se révélera payant du simple point de vue économique. Mais comme pour contrer la pandémie, il faut desserrer largement les cordons de la bourse, en aidant celles et ceux qui pâtiront de la transition énergétique et en investissant massivement dans les renouvelables. Le temps n’est plus aux comptables à la petite semaine.

Une réaction? Une correction? Un complément d’information? Ecrivez-nous!

Et si l’envie vous prend de passer de l’autre côté de l’écran, DP est ouvert aux nouvelles collaborations: prenez contact!

logo creative commmons Republier
La reproduction de cet article est autorisée et gratuite, mais selon les modalités du présent contrat Creative Commons: activer un lien vers la page ou citer l'URL de celle-ci, https://www.domainepublic.ch/articles/38007 - Merci
DOMAINE PUBLIC

Analyses, commentaires et informations sur l'actualité suisse
Indépendant et différent depuis 1963
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch
Newsletter gratuite chaque lundi: les articles, le magazine PDF et l'eBook
En continu, avec liens et réactions sur https://www.domainepublic.ch

Lien vers l'article: https://www.domainepublic.ch/articles/38007
Faire un don

Tous les auteur-e-s des articles sont bénévoles, tout est gratuit pour les lectrices et lecteurs... Mais il y a tout de même des coûts de production et de développement, financés par vos dons. Merci de votre générosité!

Faire un don avec Twint

Don de CHF 50.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don de CHF 100.- avec Twint

Faire un don avec Twint

Don libre avec Twint

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Articles par courriel

Flux RSS

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook.
Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus).
Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site.

Si vous avez apprécié cet article, ne manquez pas les prochains en vous abonnant gratuitement au moyen d'une des trois options suivantes.

L'hebdomadaire

Recevez tous les lundi par courriel le sommaire des nouveaux articles et le lien vers l'édition PDF ou l'édition eBook. Je m'abonne

Articles par courriel

Recevez chaque article dès parution (un courriel par jour au plus). Je m'abonne

Flux RSS

Lisez les articles dans votre agrégateur, ajoutez les sur votre blog ou site. Je m'abonne

Accueil

Auteures / Auteurs

Les articles

Les publications

Le Kiosque

À propos de DP